Connexion

Nous avons 387 guests et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Vidéo: Un député suisse se prononce sur le gel des avoirs de Bouteflika

Le conseiller fédéral suisse, Ignazio Cassis, a répondu, ce mercredi 12 juin, à la proposition du groupe socialiste au parlement portant sur le gel, à titre de précaution, des avoirs illégitimes et illicites du clan du président algérien déchu, Abdelaziz Bouteflika, détenus dans des banques suisses, indique le site officiel de l’Assemblée fédérale de la Suisse. Ignazio Cassis a affiché la disposition de son pays à collaborer avec les autorités algériennes pour garantir le retour de l’argent pillé par le clan familial et politique de l’ex-président algérien. « La stratégie de coopération suisse pour l’Afrique du Nord prévoit entre autres la possibilité de soutenir des projets en lien avec des processus démocratiques », a-t-il indiqué dzvid

 

Commentaires   

saladin
# saladin 15-06-2019 14:17
"Il vaut mieux tard que jamais", dit-on.
Pourvu que le gouvernement helvétique tienne parole et ira jusqu’au bout du fil.
Le problème de détournement de l’argent du PEUPLE ne date pas uniquement de l’ère Bouteflika, mais bien avant.
Le président Mohamed Boudiaf, rahimahou Allah, avait recensé au moins une centaine de ceux qui avaient puisé, dans les caisses de l’état, pour le transférer dans des comptes à l’étranger.
Ci-dessous, un paragraphe à la page 188, du livre d’Aïssa Kechida :" Les architectes de la révolution."

"Le remboursement de la dette était un sujet de conversation avec Mohamed Boudiaf qui se montrait à cet égard très pragmatique. Il préconisait de recenser les responsables connus pour avoir puisé dans les caisses de l’Etat, une centaine approximativement, et de les convaincre de rapatrier une partie de cet argent, avec la promesse de leur garantir l’anonymat et leur remettre un quitus pour les rassurer contre toute poursuite.
En l’état actuel, il n’y a pas meilleure solution. Avec cette possibilité de faire restituer une partie de l’argent détourné afin de rembourser une grande partie de la dette , on aurait coupé le fil qui nous lie et nous rattache au FMI qui, quoi qu’on dise , semble avoir obnubilé certains cadres."


Voilà donc une, des démarches, que Si Tayeb El Watani préconisait pour récupérer une partie de l’argent du PEUPLE, en 1992.

Reste à savoir par quel chiffre s’est multipliée la centaine, en 2019 ? :-| :sad:

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.