L’Holocauste en décomposition : un point de vue israélien

Sans titrejig

Ce qui suit sont des extraits d'un remarquable commentaire du Haaretz intitulé « l’effritement du consensus sur le fait que les Juifs étaient les victimes ultimes de l'Holocauste» par Ofri Ilani. L’article explore les fondements de la religion globalisée de l'Holocauste, il identifie les institutions internationales qui soutiennent la doctrine et les événements politiques qui indiquent que les Goyim sont fatigués de la notion de la primauté de la souffrance juive. J'ai tendance à être d'accord avec la plupart des observations d'Ilani, ainsi qu'avec ses prédictions concernant le sort de la religion de l'holocauste. Une différence cruciale existe cependant entre nous, tandis qu'Ilani semble affligé par l'effondrement possible du consensus de l'Holocauste, je crois que l'émancipation de ce précepte tyrannique et judéo-centrique est un évolution humaniste nécessaire.

 

Sur le rôle central de l'Holocauste et de sa mémoire, Ilani écrit; "Une rencontre avec quelqu'un pour qui l'Holocauste est inexistant était incompréhensible pour moi - du moins c'était comme si je parlais à quelqu'un qui n'a jamais entendu parler du soleil, ou qui ne sait pas ce qu'est l'eau".
Le point de vue d'Ilani semble intégrer l'Holocauste dans les «éléments classiques» grecs, tels que l'eau, l'air, et le feu. Ilani élabore sur sa position. "En Israël, l'Holocauste est la première chose que vous devez savoir. Si quelqu'un ici sait quelque chose sur le passé, c'est sur l'Holocauste. Pas de découverte de l'Amérique, pas d'alunissage, certainement pas de Révolution française, pas même de Révélation au Mont Sinaï - d'abord l'Holocauste. Pendant un certain temps, il était possible de penser que c'était pareil en dehors d'Israël. "
Ilani est nettement plus jeune que moi. Pour la génération de mes parents, mes pairs et moi-même, l'Holocauste était une histoire lointaine: un conte de la diaspora juive, un événement tragique qui est arrivé à d'autres personnes: des gens que nous considérons comme étrangers. Des gens qui ont été conduits comme des agneaux à l'abattoir comme nous, « les Israéliens », nous ne l'étions pas. Il est clair qu'à un certain moment, l'attitude israélienne à l'égard de l'Holocauste a changé, encore faut-il que ce changement puisse être être complètement compris..

L'endoctrinement de l'Holocauste s'est largement répandu au-delà des frontières israéliennes, selon Ilani. "En Amérique, comme dans beaucoup d'autres parties du monde, les enfants des dernières décennies ont appris l'Holocauste dès leur plus jeune âge. Il est fondamentalement perçu comme l'événement formateur de l'ère moderne, contre lequel les valeurs politiques centrales de notre époque ont été façonnées. Avec sarcasme il ajoute:" il suffit d'essayer d'imaginer comment les gens ont vilipendé leurs adversaires politiques il y a un siècle. Nazi 'ou' fasciste 'n'a toujours pas de sens. "

Ilani affirme ensuite que la religion de l'Holocauste dicte un ordre mondial strict et rigide. «Le mémorial et musée américain de l'Holocauste à Washington, le monument de l'Holocauste à Berlin et le jour du Souvenir de l'Holocauste international, ont représenté la consécration de cette mémoire. Tout le monde était appelé à se souvenir, selon un protocole rigide. Chaque déclaration publique sur l'Holocauste est scruté par des experts, des journalistes et des organisations internationales. Chaque déviation de la ligne officielle entraîne une condamnation. "

Ilani dit simplement ce que beaucoup d'entre nous savent. La primauté de la souffrance juive est devenue un appareil tyrannique en Occident. Dans le cadre de l'idéologie de l'holocauste, Israël est à l'abri de la critique, et ses nombreuses violations des droits de l'homme sont largement ignorées. Le mouvement de solidarité palestinien est pratiquement paralysé par les patrouilles de police de la pensée juive, car dans le contexte de la primauté de la souffrance juive, les Palestiniens ne peuvent être que des victimes secondaires.

Ilani décrit comment l'histoire de l'Holocauste, telle que nous la connaissons maintenant, commence à s'effriter. "Beaucoup de gens ont été stupéfaits ces dernières semaines par les efforts législatifs de la Pologne concernant le souvenir de l'Holocauste, et par les déclarations du Premier ministre polonais selon lesquelles, dans l'Holocauste, il y avait autant de criminels juifs que de criminels polonais. "
Les Polonais n'étaient pas seuls, "nous assistons maintenant à l'effondrement de cet ordre mondial. Des événements tels que l'invasion russe de l'Ukraine, la montée de Trump, et la crise du Brexit sont trois des plus grandes brèches qui y sont apparues. Le consensus concernant l'Holocauste des Juifs était fondamentalement lié à cet ordre politique. "
L'universitaire israélien reconnaît que l'Holocauste et le nouvel ordre capitaliste mondial sont les deux faces d'une même médaille. "C'est l'Union européenne et d'autres institutions mondiales créées depuis les années 1990 qui diffusent la version officielle de l'Holocauste des juifs européens, et en imposent la préservation. Il n'est donc pas surprenant que la désintégration de l'ordre mondial et de ses institutions ait également donné lieu à l'effondrement du consensus sur l'Holocauste. "
Je suppose que ceux qui sont bouleversés par l'ordre capitaliste mondial pourraient être encouragés par la vision d'Ilani, du credo de l'Holocauste qui s'effondre, et des institutions autoritaires qui y sont attachées.

https://www.gilad.co.uk/writings/2018/2/24/the-crumbling-holocaust-an-israeli-perspective
Par Gilad Atzmon samedi 24 février 2018

Traduit par M.Gigelli
Pour lire l’opinion de Gilad Atzmon sur la vérité, l'histoire, l'intégrité, l'holocauste et le révisionnisme: http://www.gilad.co.uk/writings/truth-history-and-integrity-by-gilad-atzmon.html