Connexion

Nous avons 734 guests et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

"Rah Errmal rah.." Le sable : enquête sur une disparition

Bonjour Monsieur Souilah, Jijel Info nous tient régulièrement informés sur le problèmes de pillage des plages, et de l'érosion des côtes, ce documentaire (Diffusé par Q+ de Dieudo, et Joe le Corbeau) par sa richesse d'information et de sa présentation, ne ferait qu'enrichir le débat sur le sujet du sable, et des solutions durables possibles.
À l'heure où le pillage de sable sur nos plages continue, les impacts des barrages sur l'ampleur de l'érosion côtière, et sur la perte de la bio diversité des estuaires, se feront sentir aussi longtemps que ces structures dureront, autant dire à jamais.
Le problème est certes global, mais face aux lobbies industriels, et à la mal gouvernance comme chez nous, il ne reste plus que l'action locale pour agir, et pour cela l'information sur le sujet du sable contenu dans ce documentaire est d'une importance capitale, pour bien comprendre et faire comprendre l'importance de cette ressource naturelle, dite "gratuite"... Amicalment.  M. Gigelli

 

 

De Bombay à la Bretagne en passant par Dubaï, Tanger ou les Maldives, cette passionnante enquête en forme de thriller dévoile une urgence planétaire : la menace qui pèse sur le sable, ressource vitale dont le pillage s’accélère.

On le trouve dans le béton, qui alimente, au rythme de deux tonnes par an et par être humain, un boom immobilier ininterrompu. Mais aussi dans les puces électroniques, le papier, le plastique, les peintures, les détergents, les cosmétiques… Ce sable que nous aimons fouler du pied ou laisser filer entre nos doigts s’est glissé à notre insu dans tous les interstices de notre quotidien. L’industrie le consomme en quantités croissantes, plus encore que le pétrole. Peut-être parce que, contrairement à l’or noir, cette matière première perçue comme inépuisable est restée à ce jour pratiquement gratuite. Alors que le sable des déserts est impropre à la construction, les groupes du bâtiment ont longtemps exploité les rivières et les carrières. Puis ils se sont tournés vers la mer, provoquant ce qui est en train de devenir une véritable bombe écologique.
Car le sable joue un rôle essentiel dans la protection des côtes et l’équilibre des écosystèmes marins. Les conséquences de cette surexploitation apparaissent peu à peu au grand jour. Petit à petit, les appétits économiques ont grignoté au moins 75 % des plages du monde, et englouti des îles entières, en Indonésie et aux Maldives, tandis que Singapour ou Dubaï ne cessaient d’étendre leur territoire en important, parfois frauduleusement, du sable. Disparition des poissons, impact aggravé de l’érosion et des tempêtes, bords de mer devenus lunaires … : face aux timides régulations adoptées pour tenter de limiter le pillage, la « ruée vers le sable » s’est en réalité accélérée, sous l’égide de grandes entreprises multinationales et de mafias locales.

http://quenelplus.com/videos/le-sable-enquete-sur-une-disparition.html

 

M.Gigelli

Commentaires   

christine hamad
# christine hamad 30-07-2017 12:05
Er fall rah wein ??
Il est destiné au entrepreneurs, un foi j'ai vue plus que 20 camions des sable sur l'ancien route de l'akhdaria a Alger, l'eau a coulé a flot au derrière la benne, la rue était comme au pluie forte, tellement ils ont perdue l'eau.
Igel
# Igel 30-07-2017 14:13
Chère Christine, le sable étant le constituant des plages doit rester sur les plages et arrêter d'etre pillé pour faire du béton. Pour cela, il y a le sable de carrière. A Jijel, les plages sont de l'est sont pillées la nuit, sous les yeux des autorités qui laissent faire. Hors saison, vous pouvez vous faire tuer par ces pillards. Des gendarmes l'ont compris au prix de leur vie. Un camion de 10 tonnes coûte 10000 da et fait dans les 10 voyages par nuit. Imaginez pourquoi cela attire des convoitises et des complicités.
christine hamad
# christine hamad 30-07-2017 18:16
Oui, le sable doit rester sur la plage, mais comme vous avez constaté si bien, on fait beaucoup d'argent avec ca!!

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.