Connexion

Nous avons 630 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Local Local

Jijel: Fermeture de la Direction des œuvres universitaires.

 

Nous apprenons de bonnes sources que les travailleurs de la direction des œuvres universitaires de Jijel, ont présenté leur mécontentement à leur manière, d'où la décision unanime de procéder à la fermeture de la direction des œuvres universitaires, jeudi passé, suite aux résultats de recrutement d'ouvriers professionnel, qui a eu lieu au centre d'examen au CFPA d'El-Ancer ...

تواصل الاحتجاجات على نتائج مسابقالت التوظيف بجيجل/

حصل هذا صبيحة الخميس 12 فيفري
العمال يغلقون مقر مديرية الخدمات الجامعية بجيجل

...عمال مديرية الخدمات الإجتماعية بجيجل يغلقون مقر المديرية بالسلاسل صبيحة اليوم ويمنعون الموظفين من الدخول على خلفية عدم رضاهم بنتائج مسابقة توظيف الاعوان  يومية الفجر...منقولالمهنيين والتي جرت الاختبارات بمركز التكوين المهني بالعنصر ..

يومية الفجر...منقول

Jijel dans le noir

Selon nos lecteurs toute la wilaya de Jijel a été plongée dans le noir, ce soir vers les coups de 19 heures 45.

En effet, une coupure générale d’électricité, et, toutes les communes de notre wilaya se sont mis à l’heure de la bougie pour tenter d’éclairer, pendant une heure trente environs.
L’interruption du courant électrique a suscité des inquiétudes.
Selon nos sources, il s'agit d’une panne électrique au niveau du poste de Boudekak à Chekfa, même au niveau de la centrale, cette panne brusque, a provoqué l’arrêt du groupe qui était en marche...Les agents de sonelgaz sont en train de régler la situation ...

Bidonville

L'indignation d'un urbaniste : Constantine «bidonvillisée»   ARTICLE | 13. FÉVRIER 2015 - 12:32 La ville Ali-Mendjeli. D. R. En tant qu'urbaniste depuis 1965 et ayant suivi l'évolution des villes nouvelles en Europe (Angleterre, France), je m'étais opposé devant les autorités de Constantine à la manière dont avait été décidé d'occuper le site de la ville nouvelle Ali-Mendjelli. Au départ, vers 1997, c'était juste pour y faire un lotissement. Le site ne s'y prêtait pas, le terrain étant rocheux. J'avais alors expliqué au directeur de l'AADL régional de l'époque et aux responsables de l'APC, de la DUCH et de la wilaya qu'une ville nouvelle ne consistait pas en l’implantation des logements, mais que c'est tout un processus complexe où interviennent le politique, les administrations concernées et les données socioéconomiques pour la faisabilité. On ne décide pas d'une ville nouvelle, on la justifie, on la mature, on communique et on associe les associations, les sociologues, les juristes et les aménageurs. On crée un établissement de gestion ad hoc. Tout cela prend trois à cinq ans. Alors que la décision a été prise en 5 minutes par une autorité dont je tais le nom et un béni-oui-oui inculte qui a exécuté les ordres (il n'avait même pas le CEP et il était directeur d'un projet qui le dépassait). Aucun architecte de Constantine ou urbaniste n'avait été associé. Ils n'étaient même pas au courant de ce qui se tramait autant pour ce projet de ville nouvelle que pour la Souika dans la vieille ville, alors que ce sont eux les premiers concernés. Les tractations se faisaient la nuit dans la vieille ville pour l'accaparement des vieilles bâtisses. Les grandes fortunes achetaient maisons et terrains. A l'époque, j'avais fait des conférences à Constantine pour dénoncer ce qui se tramait, en expliquant ce qui allait se faire et les catastrophes à venir. Avec la crise de logement, la faiblesse de la gestion de la ville de Constantine d'alors et, de surcroît, la pression des populations péri-urbaines, en plus de la population rurale déferlante qui espérait des terrains et des logements, c'était la grande pression et la désorganisation de la gestion de la ville. J'ai fait apparaître les trafics en tous genres. Le résultat est ce qu'est aujourd'hui Ali-Mendjeli : incompétence, corruption, violences, peur et bientôt un chamboulement total et d'Ali-Mendjeli et de Constantine. Abderrahmane Zakad  

Cherchez une autre solution...

A environ huit kilomètres seulement du centre-ville de Jijel côté Est et juste en face du pôle universitaire, la plage de Tassousst présente toujours un danger pour la nature, malgré la solution du bricolage, comme le montre cette image !

Le placement de ces baricades"la pose de blocs en béton, n'a pas réglé le grand danger de mort qui menace nos concitoyens sur cette route à grande circulation, car, l’accès à la voie express, se fait à partir de ce point, qui fait face à la cité universitaire de Tassoust", des camions roulant généralement à contresens et sans feux...

 

Les conséquences de l'absence des décideurs...

Nous sommes dans la grande commune de la wilaya de Jijel, Taher, au marché hebdomadaire!

Cette commune qui était absente et gelée depuis plus d'une année,  avec des impasses politiques qu'a connue cette assemblée, la situation dans ce marché, est une extrême désolation dont sont témoins des citoyens. Il suffit d’une perturbation climatique pour libérer une partie de ces déchets et de la boue, et, Il n’a plus à offrir que des dépôts d’ordures accumulés aux quatre coins de son espace. Sans oublier que le développement économique dans cette région, frôle déjà la "déscente aux enfers"... السوق الاسبوعي لبلدية الطاهير بدل ان يملا خزينة بلدية الطاهير و يمكن استعماله كحظيرة للسيارات فى باقى ايام الاسبوع ....هاهي وضعيته الاكثر من سيئة .... الكثير من المجالس البلدية مرت من هنا و لم ترى الحلول .... اين انت ايها الدكاء الجزائري .....؟؟؟؟

Grave accident de circulation à Ziama.

 

Un grave accident a eu lieu aujourd'hui aux environs de Ziama, comme le montre cette image, apprend t-on de nos lecteurs. Selon toujours notre source, seuls des dégâts matériels, ont été constatées !
Pour rappel, et pour que la prudence sera encore de mise, plusieurs accidents mortels, ont eu lieu sur cette route dangereuse !

A commencer, juste après la sortie d'Afouzer à El-Aouana, jusquà Sahel, à la sortie ouest de Ziama, en passant par les Falaises, jusqu'à V'Gait.......

Drame. Plus de 300 migrants portés disparus en méditerranée : Les damnés de la mer

Ils étaient 300 Maliens, Nigériens et Ivoiriens à quitter le littoral libyen dans une embarcation brinquebalante. Seuls neuf postulants à l’émigration sont arrivés vivants sur les côtes italiennes. Un autre drame, mais un drame de trop… Originaires d’Afrique de l’Ouest  francophone, accompagnés de femmes et d’enfants, 400 candidats à l’immigration illégale ont été entassés sur trois (quatre selon les survivants) embarcations pneumatiques et envoyés à la mort par des passeurs sans scrupules et avides de gain. Partis des côtes libyennes samedi, après avoir payé chacun 650 euros, près de 400 réfugiés africains ont, malgré les conditions météorologiques très mauvaises, pris la mer à destination de l’île sicilienne de Lampedusa.