Connexion

Nous avons 478 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Local Local

ALERTE MÉTÉO : Pluies orageuses à l’Est du pays aujourd’hui et demain

L’Office National de la Météorologie (ONM) a émis, dimanche, un Bulletin Météo Spécial (BMS) annonçant des pluies assez marquées parfois sous forme d’averses orageuses qui affecteront aujourd’hui et demain les régions de l’Est du pays. Les wilayas concernées par ce BMS, dont la validité est aujourd’hui à 06h00 jusqu’à demain à 18h00, sont Béjaia, Jijel, Skikda, Annaba, El-Tarf, Guelma, Souk-Ahras, Constantine, Mila et le Nord de Sétif. Les cumuls estimés atteindront ou dépasseront 60 mm durant la validité du bulletin.

Complexe sidérurgique de Bellara à El Milia (Jijel): Un arrêté pour l’ouverture d’une enquête publique

Un arrêté est en préparation à la direction de la réglementation et des affaires générales (DRAG) de la wilaya de Jijel, avant sa signature par le wali, pour l’ouverture d’une enquête publique sur l’impact du complexe sidérurgique de Bellara  sur l’environnement.

 Selon des sources informées, cette enquête sera ouverte dans la commune d’El Milia, lieu d’implantation de cette usine, dont les travaux de réalisation seront lancés prochainement. Il faut dire qu’à quelques mois du lancement officiel de ce projet, une polémique commence à faire son chemin sur l’impact de ce projet sur l’environnement et la santé.

Les échos de la réunion tenue, mercredi dernier, au siège de la wilaya avec les membres siégeant à l’APC et des associations locales, n’ont pas tardé à être relayés par l’opinion locale. Si les avis demeurent encore partagés sur les conséquences de cette usine du point de vue pollution, certains n’ont pas hésité à critiquer la démarche entreprise pour avoir la caution des élus et des associations conviés à ce débat. 

Pause Café: et si on rigole un p'tit peu...

Dans cette petite pause café, c'est la discussion des jeunes joijlas sur nos pages facebook. Une image qui fait rire et pleurer.

Fausse ou bonne, désormais, c'est la nouvelle image de la splendide ville de Jijel.

Ce matin, j'ai été voir des amis dans la ville, nous avons longuement discuté autour d'un petit café, des moments heureux vécus dans l'ancienne ville de Jijel. Connue par la discipline de ses enfants, la propreté, le civisme, mais surtout l'amour à l'éducation...

Aujourd'hui, Jijel est désertée, donnant place aux délinquants réunis au centre ville, devenu une décharge à ciel ouvert.

Allons-y voir cette photo qui nous fera certainement rigoler, mais aussi pleurer !

Les souscripteurs de l’ADDL interpellent le wali

Après une longue attente dans l’espoir de voir le programme pour lequel ils ont vainement postulé en 2002, les 350 souscripteurs AADL ont adressé une requête au wali, dans laquelle ils l’interpellent pour trouver une issue au blocage de leurs dossiers.

«En tant que premier responsable de la wilaya, nous avons jugé utile de l’interpeller pour attirer son attention sur ce programme qui n’arrive pas à sortir des rouages de la bureaucratie ; nous sommes coincés entre toutes les parties concernées ; nous sommes des pères de familles, nous n’avons pas où aller après tant d’années d’attente et d’espoir, nous comptons sur une réaction du wali pour accélérer les procédures de ce programme», indique Boubertakh Ardjam, un des représentants des souscripteurs.

Retour à Béni Yajiss: Un projet qui désenclavera cette région...

Nous avons écris dans ce journal sur Béni Frah, commune de Béni Yajiss: Une Mechta sinistrée...

Tout manque dans cette dechra, à laquelle les autorités locales semblent avoir tourné le dos. Nous avons présenté également une vidéo qui montre un citoyen attaché à son village et à ses valeurs séculaires, utilise un moyen de transport à haut risque ! Une fois qu'il traverse cet oued, il lui reste encore trois kilomètres. Béni farh, est situé à quelques encablures du chef-lieu de la commune de Béni Yajiss. Ceci dit, pour y aller, il faut faire un long chemin sur une piste impraticable.
Une bonne nouvelle: Voici les images d'un projet de construction d'un nouveau pont de 800 mètres de long, un projet qui désenclavera cette région. Il était temps pour pour les mechtas des Béni Frah et autres, qui auront ainsi attendues près d’un demi-siècle après l’indépendance, d’atteindre ce nouveau niveau de vie.

15 février : Journée Internationale du cancer de l'enfant

Demain 15 Février, c'est la Journée Internationale du cancer de l'enfant ! La maladie concerne en effet tous les enfants du monde et les chiffres sont alarmants. A Jijel, l'association elfedjr de lutte contre le cancer, a organisé une rencontre à l'honneur des enfants cancéreux !

نظمت عشية اليوم جمعية الفجر الولائية لداء السرطان بمقرها وسط مدينة جيجل حفل تكريمي على شرف مرضى داء السرطان لفائدة الاطفال بمناسة يومهم العلمي المصادف يوم15 فيفري من كل سنة 

essence

VIDÉO. La pénurie de carburants aux portes d’Alger IMPRIMER Actualité, Société - le 14 février 2015 à 16 h 52 min  La pénurie des carburants gagne du terrain. Alors que plusieurs villes à l’est du pays notamment Béjaïa, Bouira, Sétif, Batna, sont déjà touchées, voilà que la pénurie s’étend à la capitale. Les files devant les stations-services à Rouiba, Bordj el Bahri, Zeralda ou encore Bouchaoui ne cessent de s’allonger, selon plusieurs témoignages. Djelloul Achour, directeur du port de Béjaïa, apporte des éléments qui expliquent la pénurie qui touche l’est du pays depuis plusieurs semaines : « La pénurie est due a une surconsommation de carburants ces derniers jours due à la vague de froid qui a touché la région, ainsi qu’aux intempéries des quinze derniers jours qui ont empêché de combler ce pic de demande. » Le port de Béjaïa traite près de 30% des besoins nationaux, et ravitaille plusieurs wilayas comme M’Sila, Sétif, Batna, en plus de Béjaïa. M. Achour estime par ailleurs que « la pénurie a été aussi induite par la paranoïa des consommateurs, et leur appréhension de lendemains difficiles. » Questionné au sujet des délais d’attente avant que les choses ne reviennent à la normale, le directeur général de l’Entreprise portuaire considère qu’ « en principe les choses auraient déjà dû rentrer dans l’ordre. Du côté du port tout fonctionne normalement, les navires sont admis et peuvent décharger sans problème. Le problème est du côté de Naftal, » conclut-il. Après avoir ignoré le problème, le monopole public Naftal a rompu le silence. Il a tenu de son côté à assurer de sa capacité à couvrir les besoins du marché en carburants, selon la chaîne El Bilad, mettant en cause les perturbations rencontrées dans certaines régions du pays telles que la spéculation opérée par certains commerçants ainsi que les intempéries qui ont handicapé les zones portuaires.