PÉNÉTRANTE DE JIJEL. Un projet presque à l’arrêt

d un projet presque a larret e9f78

L’avancée des travaux ne dépasse pas 45% sur l’ensemble du parcours et 47% sur le tronçon de Jijel, une wilaya qui attend depuis 7 ans ce projet, considéré comme une bouffée d’oxygène pour son économie.

Le projet de l’interminable pénétrante de Jijel, prévu pour relier le port de Djen Djen jusqu’à la ville d’El-Eulma, dans la wilaya de Sétif, sur 110 km, a de nouveau fait l’objet de débat lors de la dernière session de l’APW. Le constat est le même et il n’a guère changé tout au long d’un parcours qui attend une hypothétique relance des travaux sur une cadence plus accélérée. 
Car, sans cette cadence, il risque encore de s’éterniser après plus de 7 ans de travaux qui n’ont abouti à la livraison d’aucun tronçon ni ouvrage. Les mêmes entraves sont évoquées sans être levées en dépit des visites dans son chantier. 

 

Ce chantier est abandonné à l’image des tronçons traversant Jijel à Taher, ou au niveau de l’échangeur du port de Djen Djen, où tout est à l’arrêt. Aucun mouvement n’augure d’une quelconque activité sur ce tronçon, livré aux caprices d’un chantier qui n’avance qu’à un rythme plus lent. En dépit des assurances données lors des différentes visites sur ce chantier, devenu la “Mecque” de délégations ministérielles ou de wilaya, rien ne semble changer à son destin. La question du financement de ce projet est évoquée avec insistance, retardant le paiement de certaines situations et repoussant à chaque fois les délais d’achèvement des travaux. 

Ces délais sont presque un tabou, d’autant qu’aucune partie n’est parvenue à avancer une quelconque date pour la réception définitive de cette pénétrante. Tantôt on balance 2023, comme cela a été le cas le mois d’octobre de l’année passée, lors d’un conclave pour débattre de ce projet, tantôt on rajoute une année et on évoque 2024, sinon aucune date précise n’est réellement retenue pour mettre fin aux travaux de ce projet. Pourtant, le parcours est dans son ensemble libéré et les ouvrages d’art sont prêts à être montés. Les tunnels de Texenna ont avancé dans leur ouverture, alors que les travaux dans certaines de leurs parties ont été achevés. 

C’est dire qu’il ne reste qu’un effort et une volonté d’en finir avec ce projet pour l’achever même si l’avancée des travaux ne dépasse pas encore les 45% sur l’ensemble du parcours et les 47% sur le tronçon de Jijel. Pendant ce temps, c’est toute la wilaya de Jijel qui continue de subir les aléas d’un isolement qui perdure, la mettant à l’écart de l’activité économique du pays. C’est le constat amer soulevé à chaque fois que l’occasion est donnée pour signifier toute l’importance de ce projet. 

La relance de l’activité économique de cette wilaya est suspendue à l'achèvement de cette pénétrante, dont la livraison est attendue pour réduire le coût du transport et booster le trafic portuaire à Djen Djen. Et pas seulement, puisqu’elle pourra rapprocher Jijel des autres wilayas du pays et permettre aux citoyens de se déplacer dans les meilleures conditions, si ce n’est encore de permettre un meilleur développement du circuit touristique. 
Pour l’ensemble des atouts de cette pénétrante à Jijel, le citoyen continue de voir d’un mauvais œil ce blocage, qui ne dit pas son nom. Car 7 ans après, il est temps que les pouvoirs publics lâchent du lest pour permettre le dénouement de l’affaire de ce projet dans les meilleurs délais. 

C’est à cette condition que Jijel peut espérer se libérer des contraintes qui entravent son développement économique tant espéré. Car, avec les mêmes opportunités, sinon avec plus d’atouts dans certains domaines, elle reste loin du rythme économique atteint par les wilayas voisines, Sétif et Béjaïa, surtout.


Amor Z. liberte