Connexion

Nous avons 445 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Histoire Histoire

Triste anniversaire. Le massacre du 17 octobre 1961.

72628659 3032646353443311 2121501836048334848 n

l'historien Jean-Luc Einaudi publie « La Bataille de Paris, 17 octobre 1961 » (éd. Seuil), première enquête d'importance sur cette nuit tragique. Il évoque 200 morts liés à la violence policière, qu'il a recensés sur la base des archives du FLN et de témoignages français et algériens.

Plus tard, Einaudi complètera sa liste, estimant le nombre d’Algériens victimes de violences policières à 325, sur la période septembre-octobre 1961.

Hommage à l'une des plus grandes révolutions au monde.
GLOIRE À NOS MARTYRS ET À LEUR SACRIFICES...

Hommage aux victimes du séisme du 10.10.1980 à Chlef

orleansville seisme1954 21

Je n'oublierai jamais de ma vie cette date du 10 Octobre 1980, juste après la prière du vendredi 13 heures 30 environs, j'étais assis dans un petit café en compagnie de mes amis, rue des vieillards à Béjaïa, quand soudain, nous avons appris cette triste nouvelle de ce violent séisme qui a causé la mort de 3000 citoyens, des milliers de blessés, de disparus et de sans-abri sur une population de 120 000 habitants à Chlef ex: El-Asnam...

Hommage à tous ces martyrs qui sont tous au paradis inchaallah...

Un grand hommage à l’enfant terrible de Miliana Ali Amar, dit Ali La Pointe

8 octobre 1957 - 8 octobre 2017. Et, si nous rendons un hommage au martyrs Ali la pointe et à tous les martyrs tombés au champ d'honneur. 

De son vrai nom Ali Amar, est né le 14 mai 1930, il avait le même age que mon père, année où la puissance coloniale célébrait en grande pompe le centenaire de sa présence en Algérie – au lieu dit El Annassers, un quartier situé au milieu des vergers, dans la partie basse de la ville de Miliana.

Le poète syrien Adonis à une chaîne égyptienne : «Seuls les Algériens ont vraiment combattu !»

Dans une déclaration à la chaîne de télévision égyptienne CBC, le grand poète syrien Adonis, de son vrai nom Ali Ahmed Saïd, a estimé que les Arabes «n’ont jamais eu une histoire de lutte digne de ce nom». «Le seul pays qui a vraiment fait la révolution, c’est l’Algérie !» a-t-il clamé, en expliquant que «tous les autres pays, de la Syrie à l’Irak en passant par le Liban, ont obtenu leur indépendance sur un plateau d’argent».

Devant l’insistance de la journaliste égyptienne qui tentait de le convaincre de l’existence de «révolutions contre l’occupation», aussi bien en Libye, en Irak qu’en Egypte contre l’occupant britannique, le poète n’a pas transigé, en répétant, sûr de lui, que «seuls les Algériens ont vraiment combattu». «Il ne faut pas nous mentir à nous-mêmes, renchérit-il.

19 septembre 1957. 19 septembre 2019. 62ème anniversaire de la mort d'un héros.

Fidèle à son engagement de préserver la mémoire des figures emblématiques qui ont fait l'histoire de l'Algérie, jijel.info présente encore une fois une pensée à la mémoire d'une grande personnalité révolutionnaire, Dakhli Mokhtar dit "EL-BARAKA". Je salue au passage mon ami et voisin de quartier son fils...
Le chahid est né le 02/12/1929 à Chekfa (7 kilomètres à l'est de Taher). Militant du PPA (1945 - 1954), responsable de zone à 28 ans.

Il a livré à l'ennemi de nombreuses batailles qui firent de lui, et font toujours, un héros dont le souvenir demeure vivace dans les esprits de ceux qui ont vécu cette époque. Il est tombé au champ d'honneur au cours de la célèbre bataille de Dar Saddam le 19 septembre 1957. Allah yarham echouhadas el abrar.

Une image et des souvenirs... réédité

kisir

Que de souvenirs avec ce pont de Oued Kissir. Nous sommes au début des années 70, le transport entre Cavallo et Jijel, était rare.

Seul un bus qui démarre à 13 heures ou encore l'express d'Alger à 21 heures.
Pour nous les demi-pensionnaires du CNET, qui terminent la journée à 18 heures, c'était le calvaire, notamment pendant l'hiver, si le défunt clandestin Bemeltout n'était pas là. Il prenait tout le monde, même ceux qui n'avaient pas d'argent.
Pendant les journées longues de Mai à juillet, nous nous déplacions à vélo.

Le mien, un Peugeot tout neuf. Hélas, comme mes collègues de Jules Ferry terminent leur études à 17 heures, je n'avais pas le choix que d'emprunter les 20 kilomètres seul... Le seul souci, c'est passer ce pont "hanté", comme nous l'ont appris les anciens, et, c'était le parcours du combattant... bonne soirée. :-)

Les vraies raisons de la conquête de l’Algérie en 1830

Paris - La conquête de l'Algérie aurait été menée dans le seul but d'accaparer le trésor de la Régence d'Alger en juillet 1830, selon une thèse développée par le célèbre journaliste français, Pierre Péan dans un livre-enquête."Et si cette conquête avait été menée dans le seul but de faire main basse sur les immenses trésors de la Régence d'Alger afin de constituer les fonds secrets de Charles X pour corrompre et retourner le corps électoral ? " en France, s'interroge l'auteur dans "Main basse sur Alger, enquête sur un pillage" (Editions Plon). Cette interrogation est à la base de l'enquête qui tord le cou à la légende du fameux "coup de l'éventail", soufflet asséné à Pierre Deval, consul de France auprès de la Régence d'Alger, par Hussein Pacha, Dey d'Alger, le 30 avril 1827.

Piqué à vif par des propos outrageants exprimés par Pierre Deval, le Dey Hussein soufflette le représentant diplomatique français de son éventail en plumes de paon, rappelle l'enquêteur. Selon lui Ce geste d'humeur servira de prétexte officiel à la colonisation de l'Algérie, en juillet 1830.

hommage à un martyr plein de courage...

70222980 2903429096365038 1344461966378270720 n

Connaissez vous l'histoire de la fameuse chanson de Mohamed El Badji "ya el-meknine Ezzine" ... !

Elle a été composée, en prison , en hommage à un martyr plein de courage...

Mohamed El Badji, lui même condamné à mort, l'a composé pour son ami BOUALEM RAHAL après son exécution, lequel avant sa mort a laissé à El Badji un bonnet (Chachia) au couleur du drapeau Algérien.

Rahal Boualem 19 ans, a été guillotiné le 20 juin 1957 à la prison de Serkadji (Alger). Son acte de naissance a été falsifié pour le faire vieillir de 10 mois et rendre son exécution possible, sur l'acte d'origine il est né le 26.12.1937, sur l'acte falsifié il est né le 26.2.1937.

Rabi yerham echouhada

Le temps passe mais la pensée reste.

40205788 2239248816103751 8266425217039990784 n

28.08.1982 - 28.08.2019

Il est difficile de croire que cela fait 37 ans que nous avons dit au revoir à ces courageux éléments de la protection civile de Taher, décédés dans le gigantesque incendie à Saddat.

Je ne pouvais pas laisser passer ce jour sans vous dire, mes chers amis, lecteurs du journal http://jijel.info/fr/, d'avoir une pieuse pensée à leur mémoire...