Connexion

Nous avons 357 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Histoire Histoire

À cette terre, où l’on ploie

À cette terre, où l’on ploie
Sa tente au déclin du jour,
Ne demande pas la joie.
Contente-toi de l’amour !

Excepté lui, tout s’efface.
La vie est un sombre lieu
Où chaque chose qui passe
Ébauche l’homme pour Dieu.

L’homme est l’arbre à qui la sève
Manque avant qu’il soit en fleur.
Son sort jamais ne s’achève
Que du côté du malheur.

Le congrès de la Soummam du 20 août au 5 septembre 1956

téléchargementLe Front de Libération nationale a tenu son premier congrès du 20 août au 5 septembre 1956, en plein maquis, dans la vallée de la Soummam, en Kabylie,  au moment où l'ALN était forte et en pleine expansion, 22 mois  après sa constitution à Alger, fin octobre 1954.
Il a réuni quatre chefs militaires et un responsble politique. Larbi Ben M'Hidi représentait l'Oranie, Amar Ouamrane, l'Algérois, Krim Belkacem, la Kabylie, Zirout Youcef accompagné de son adjoint Lakhdar Ben Tobal, le Nord-Constantinois. Abane Ramdane était présent en qualité de responsable politique du FLN.
Etaient absents les représentants des Aurès, du Sud et de l'Extérieur.

1961: Embuscade près de Djidjelli...

Oued Kissir, le 10 avril 1959, embuscade tendu par une section de nos valeureux moujahidines, bilan 12 militaires français tués , plusieurs blessés, étaient présent lors de cette opération les moujahidines, Zainek Mohammmed, Khemissa Ali, Ahmed Laabeni,(et d'autres que la mémoire ne se rappelle plus...) ainsi que d'autres éléments appartenant a une section venue de Texanna, allah yarham chouhadas, gloire a nos Chouhadas et nos braves Moujahidines.

GRANDE DAME JIJELLIENNE

117391334 4073468972694372 2911963091100969818 n
Une rare photo de Djamila Bouhired durant son interrogatoire par jean Grazziani qui n'a rien obtenu d'elle malgré les douleureuses tortures ,Avril 1957,avant de la condamner à la mort en Juin la même année.
Notre belle héroïne est toujours vivante à 85 ans... أطال الله عمرك أيتها البطلة الرمز

Le baccalauréat en Algérie, un parcours heurté et inachevé

lm

Le baccalauréat en Algérie 1850-1962

Dès les années 1850, il était possible de passer ses baccalauréats en Algérie. En 1854-1855, le lycée d’Alger (plus tard lycée Bugeaud et à l’indépendance, lycée Emir Abd El Kader(3)préparait aux examens du baccalauréat es-lettres et ès-sciences. En l’absence de facultés, les candidats passaient les épreuves devant des «jurys ambulatoires» composés de professeurs de la faculté d’Aix qui se déplaçaient à Alger. Le premier jury «ambulatoire» s’est rendu à Alger en 1856. Ce n’est qu’à partir de 1879, avec la création des écoles préparatoires de sciences et de lettres, que les examens pour les baccalauréats ès-lettres et ès-sciences sont subis en Algérie.

La nuit du 10 août 1956

aaa1

Dans la nuit du 10 août 1956, à la Casbah, une violente déflagration ébranla la rue de Thèbes. Une bombe très puissante avait été déposée au pied de la bâtisse numéro 9.

L'explosion provoqua des dégâts importants à 150 mètres à la ronde. La voûte supportant deux pâtés de maisons s'écroula. Les rues voisines de Pyramides et des Abebcerrages furent complètement endommagées.

Autour de la bâtisse ciblée, les maisons portant les numéros 9 bis, 8 et 10 s'écroulèrent. Des dizaines de cadavres d'hommes, de femmes et d'enfants. La presse coloniale parla de 15 morts dont 9 enfants et 32 blessés, mais les habitants de la Casbah déplorèrent 75 morts et de nombreux blessés.

Dans un communiqué publié sur le quotidien du soir, "Dernière Heure", une organisation appelée "Comité antirépublicain des Quarante" revendiqua l'attentat. Ce groupe fasciste, créé au début de l'année 1956, s'était fixé comme cibles les quartiers à forte densité musulmane. Il avait adressé des lettres de menaces de mort à plusieurs habitants de la Casbah. "Pour un Européen tué, un pâté de maisons de la Casbah sautera", écrivait-il.

LE FRONT ALGÉRIEN POUR LA DÉFENSE ET LE RESPECT DE LA LIBERTÉ (FADRL)

FADR

Le 5 août 1951 à Alger, est proclamée la constitution du "Front algérien pour la défense et le respect de la liberté (FADRL). C'est l'annonce officielle, devant une assemblée de 700 délégués, de l'accord conlu le 27 juillet entre les trois partis nationaux, le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD), le Parti commuiste algérien (PCA), l'Union démocratique du manifeste algérien (UDMA), auxquels s'est jointe l'Association des Oulémas. L'accord, conclu, après quatre jours de discussions serrées, est "un fait grandiose", écrit El Manar, l'organe en langue arabe du MTLD. "C'est une immense joie", souligne de son côté Liberté, l'organe du PCA, dans son édito sous le titre : "Le Front algérien pour la défense et le respect de la liberté, premier pas décisif dans la voie de l'union pour l'indépendance nationale".