Connexion

Nous avons 504 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Histoire Histoire

JIJEL: SIÈGE DE LA WILAYA II HISTORIQUE

45312667 2237064533001501 9121204235285823488 n

Il faut apprendre à notre jeunesse que la région de Jijel était le siège de la wilaya II historique, avec des noms prestigieux, à l'image de Didouche Mourad, Zighoud Youcef, Abdallah Bentobbal, Ali Kafi et Salah Boubnider qui se sont relayés à la tête de cette instance jusqu'à fin 1962, sans oublier bien sur:  le commandant Rouibah Hocine, qui avait même participé au congrès de la soumam, le 20.08.1956. élément actif de l’OS (1946-1950) , emprisonné de 1955 à 1956. Il était aussi membre de commandement wilaya II, avant de tomber au champ d'honneur le 09 Novembre 1960 à AIN LEBNA.

Il y a quelques années, un fils de chahid " mon oncle", le docteur Boudjemaa Souilah, avait animé une conférence au siège de la commune de Jijel, sous le titre "La portée populaire de la lutte de libération", qui résume la symbolique du combat du peuple algérien pour sa liberté. Le choix de Jijel intervient au regard du fait que cette région fut le siège de la wilaya II historique. 

— هذا هو مقر الولاية التاريخية الثانية 1958 بلدية أولاد عسكر ولاية جيجل حيث كان مستشفى بوداود المشهور

LES BRUMES DE NOS MARTYRS

Plage Sidi Abdelaziz

A la veille de la mère des commémorations de notre pays. A la veille du souvenir de la balle qui arrête la vie, du village brûlé, de l'homme qui tue l'homme, la femme et l'enfant sans raison autre que celle du plus fort. A la veille de ‎la douleur lancinante qui bloque la respiration. A la veille du souffle qui s'évapore , délivrance.

Les brumes de nos montagnes sont les souffles de nos morts. Alors, QUAND VOUS VERREZ CES BRUMES MATINALES AYEZ UNE PENSEE POUR CEUX QUI SONT PARTIS . Ils reviennent chaque automne pour nous rappeler leur sacrifice.
Ils restent dans nos montagnes, leurs montagnes. Un jour, ces brumes descendront sur les cités. Gardons les propres, ne crachons pas dessus, ne jetons pas nos déchets sur leurs trottoirs. CES RUES ET CES TROTTOIRS PORTENT LEURS NOMS. Q'elles soient toujours belles et propres, sans fanions ni mini drapeaux. UN GRAND DRAPEAU SUFFIT.

UNE AUTRE PAGE D'HISTOIRE...

bbelh

A l’occasion du premier novembre, voici une autre histoire à écrire, pour dénoncer encore une fois les massacres perpétrés en Algérie, nous vous présentons une autre page histoire, qui est aussi une partie intégrante de l’Histoire de notre pays.

Elle a eu lieu le 20 Mai 58, juste devant ces genets en fleurs en image prise dans la région de Bouraoui Belahdef.

Au pied de la montagne Aassa à Taza, c’est là que la wilaya du nord Constantinois s’est rassemblée.

C’est là aussi que cinq Moudjahidines et des dizaines de civiles sont tombés au champ d’honneur.

Le chahid Aami Mohamed Benhmidat Fenghour a été tué juste devant ces genets en fleurs.

Et juste en bas de cette route, devant cette maison de montagne, trois martyrs ont été atrocement torturés.

Il s’agit des défunts: Ammar Boucha, le maitre du coran, Aami Ahsène Chelli, et un membre de la famille Boudiba, que dieu aie leurs âmes…!

Et devant cette fumée, des enfants et des femmes ont été massacrés par les hélicoptères et les avions de guerre…

En effet, aucune famille n’a été épargnée par la sauvagerie colonialiste, lors de ces sanglantes journées.

Ceux qui les ont vécues, comme nos amis témoins, qui nous ont transmis ce message, s’en souviendront jusqu’à l’ultime instant de leur existence.

Cette triste histoire mérite bien un livre, plus qu’une simple petite émission…!Frown

Notre wilaya possède ses particularités « Montagnes » qui la distinguent des autres cités.Une véritable école de nationalisme…!

Allah Yarham Echoudas El Abrar !

Souvenirs délicieux de notre école primaire.

73306400 3059022970805649 105373938820841472 n

Ya Hasra...C'est dans cette école que nous avons commencé l'école primaire...

Un hommage aux anciens profs, les défunts: Bencharif Brahim, Chabouni Mohamed, et tous les autres...

Après plus de 50 ans, il m'est arrivé de faire des rêves dans ces couloirs et classes !
Je voyais des petits souvenirs délicieux et superficiels...
Je voyais, les différents jeux: Les billes, l'élastique, la marelle, les cartes...
Ou encore: les livres et la lecture, avec les poèmes et les fables. Les fêtes et kermesse de fin d'année.
La dictée, l'écriture et les tables de multiplication...

Le lieu ? L’îlot des bienvenus au fond de l'image, vous le dira...  Allez bonne journée 

أهدي لها تحياتي مدرستي الحبيبة.

Une image et des souvenirs

121535471 4407866329254633 2373568235003779664 n
Ya Hasra wach aadina fi tagzirt...
Ah ! Il fut un temps de jeunesse; Où la vie était un beau rêve...
Mais il fallait que ce temps s'achève, car, la vie est faite ainsi, de rêves et de mépris...
BONNE FIN DE JOURNÉE ...
ياحسرا علي الأيام الزينين لي عديناهم في تڨزيرث.

Courrier des lecteurs: une énigme à résoudre…

téléchargement

Qui aimerait participer à une enquête et pourrait m’aider à éclairer, sinon résoudre une énigme vieille de 78 ans ?

Voilà de quoi il s’agit :

Dans ses mémoires, Xavier Arsène-Henry, futur grand architecte, raconte que durant les années 1941 et 42 il se trouvait à Djidjelli (et surtout Texenna) affecté aux « Chantiers de Jeunesse ». Voici une anecdote qu’il cite :

« 13 avril 1942 – Alors que j’étais attablé devant mon petit déjeuner à la terrasse de mon bistrot, je suis abordé par un homme.

« Monsieur Arsène-Henry, je vous connais. Vous permettez que je m’installe à côté de vous ? J’ai une communication très importante à vous faire. Je sais que je peux compter sur vous. Je suis poursuivi depuis la Libye par les Renseignements Généraux qui veulent me subtiliser mon secret. Est-ce que je peux me confier ? Je détiens un secret qui est dans cette boîte et qui est convoité par les armées. J’ai trouvé le secret de l’essence solide. Vous imaginez la révolution dans les transports si l’essence est solide ? »