Drifa Ben M'hidi- Le porte-flambeau d'une famille de martyrs

156873727 5009616369079623 4498728720440469036 n
Bonjour; il est 2 heures 30.
Pendant une bonne partie de cette nuit, une petite brise soufflait sur toute la région, la pluie sera de retour inchaallah.
Parlons histoire: De la famille d'un héros de la révolution Algérienne; Larbi Ben M'hidi. Le martyrs a été arrêté le 23 février 1957 par les parachutistes (la direction de la ZAA passe alors à son adjoint Yacef Saâdi, responsable militaire) ; refusant de parler sous la torture, il a été assassiné par un groupe de soldats français aux ordres du futur général Paul Aussaresses, dans la nuit du 3 au 4 mars 19571.
Ce qu'il faut savoir aussi, la maman de Ben Mhidi, avait perdu un deuxième fils durant la guerre d’Algérie. La mère des deux Chahids avait dit ceci aux Responsables Algériens après l'indépendance qui voulaient lui offrir ce qui lui revient de droit en tant que mère de Chouhada . Elle n'a rien voulu prendre. Elle avait dit :
<< La France m'a pris mes deux yeux. Préservez l'Algérie pour que le sacrifice de mes fils ne soit pas vain'», poursuit notre interlocutrice. >>... Voyons cette page d'histoire ici: Drifa Ben M'hidi-Hassani. Le porte-flambeau d'une famille de martyrs... BONNE JOURNEE...Intervalles nuageux
Drifa Ben M'hidi illustre la participation des enfants à la Guerre de libération nationale. Elle a transporté, pendant des années, dans son cartable de collégienne, les échanges épistolaires entre acteurs importants de la Révolution, dont Mourad Didouche, et aussi des armes. Elle est aussi la sœur benjamine de deux chahids, Larbi et Mohamed-Tahar, et la veuve d'un moudjahid, Abdelkrim Hassani.
En 1952, elle est témoin des réunions clandestines, dans la maison familiale des Ben M'hidi à Constantine, de cinq leaders de la Révolution, Mourad Didouche, Mustapha Ben Boulaïd, Rabah Bitat, Moha
عن الشهيد العربي بن مهيدي تقول شقيقته السيدة ظريفة: «هو واحد من ملايين شهداء الجزائر، ترعرع بقريته بأم البواقي ودرس فيها القرآن الكريم ولم نراه يوما موظفا أو أجيرا منذ إتمام دراسته، حيث وهب حياته للسياسة وكان منتظرا أن يكون في قلب الثورة». وتواصل الحديث عنه بأنه درس عند خاله بباتنة ثم أكمل في ثانوية العمودي ببسكرة لكن الدراسة لم تكن همّه الأول.