Connexion

Nous avons 322 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

La vieille légende des sept guerriers Djidjelliens...

الأسطورة القديمة للمحاربين السبعة الجيجلين.
ذكرت أسطورة محلية أنه في صباح أحد أيام عيد الفطر ، ظهرت أشرعة قوارب نورماند في الأفق. كان على الأم التي أعدت العجين للفطائر للعيد أن تشهد رحيل أولادها السبعة الذين غادروا القلعة مع رفاقهم في السلاح لإيقاف العدو في العراء. عندما عادت الأم إلى المنزل ، بدلاً من الفطائر ، صنعت كعكة صغيرة لنفسها بمفردها ، وحزنت.
تم دفع النورمانديين إلى الوراء وفي المساء وجد المحاربون السبعة والدتهم سليمة ومعافاة.
منذ ذلك اليوم ، قامت العديد من عائلات جيجل القديمة ، ربما من المحاربين السبعة ، بصنع كعكة صغيرة ، في نفس وقت الفطائر في يوم العيد ...

Une légende locale rapporte qu'un matin de l'Aïd El-Fitr, les voiles des bateaux normands apparurent à l'horizon. Une mère qui avait préparé la pâte pour les crêpes de la fête, dut assister au départ de ses sept garçons qui quittèrent la forteresse avec leurs compagnons d'armes pour arrêter l'ennemi en rase campagne. Revenue chez elle la mère au lieu des crêpes confectionna une petite galette pour elle seule, et prit le deuil. Les Normands furent repoussés et le soir les sept guerriers, retrouvèrent sains et sauf, leur mère. Depuis ce jour-là, plusieurs vieilles familles de JIJEL, issues sans doute des sept guerriers, font une petite galette, en même temps que les crêpes le jour de l'Aïd. Revenons à l'histoire.../

 

A Jijel, le palais hammadite, construit par le monarque de Béjaia pour son séjour durant ses parties de chasse, fut abandonné . Ses occupants se réfugièrent auprès des descendants d'El-Kaid dans l'arrière pays. Une période de chaos et d'anarchie s'en suivit. Les guerres entre tribus reprirent. Le commerce de Jijel périclita. Ce fut la fin de la dynastie hammadite.

En 1130 , une nouvelle dynastie fondée par El-Moumen, les Almohades, s'établit à Béjaia. Les Almohades rétablirent l'ordre. Ils régnèrent sur toute l'Afrique du Nord et la moitié de l'Espagne jusqu'à 1273, après avoir chassé les Almoravides, maîtres du Maroc et de l'Espagne mais ne purent jamais reprendre la Sicile tombée entre les mains du puissant roi, Roger le Normand. Conquise par les Aghlabides en 827, la Sicile passait entre les mains des Fatimides en 917. Elle leur fut enlevée en 1090 par les Normands, après un siège qui dura de 1058 à 1090.

Roger le normand , s'intéressa aux côtes voisines, les côtes de l'Afrique du Nord où il voulait établir une base. JIJEL fut choisie et en 1143, la flotte normande incendia la ville. Les habitants de la ville se réfugièrent à Béni-Caïd et devant le vide laissé par ces derniers, les Normands préfèrent se retirer mais pas pour longtemps.

Les Djidjelliens méfiants bâtirent sur les hauteurs de Béni-Caîd, la fameuse forteresse qui devait désormais garantir leur sécurité.

Les Normands revenaient souvent à époque fixe. Leurs raids durèrent une dizaine d'années sans pouvoir réduire la place.

Lire la suite: Source : Monographie de la Wilaya de Jijel, par Salah BOUSSELOUA (Page N°9 à 20) - années 70.

 

Commentaires   

Igel
# Igel 11-04-2021 16:30
Une belle légende qui donne du charme à la petite quantité de pâte qui reste après la dernière crêpe.
nostalgie
# nostalgie 10-04-2021 03:38
bonjour Noureddine.....pourrais-tu me donner le lien que tu as trouvé sur le net....grand merci...cordialement
NoureddineBousdira
# NoureddineBousdira 09-04-2015 13:45
J'ai trouvé en cherchant sur le Net que ce fut les Normand qui avaient construit la Citadelle vers 1145...

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.