El MILIA l’arabo-amazigh...

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Cet article a paru dans l'hebdomadaire Jijel-Infos aujourd'hui disparu (numéro de la semaine du 3 au 9 octobre 2001). L'auteur, l'historien Farid Boulkhodra, est originaire d'El Milia.

Il est fort probable que le nom d’El-Milia remonte à l’époque où Mila était le siège des gouverneurs turcs chargés de diriger les côtes du Nord situées loin de l’influence turque. Les agents du pouvoir de Mila étaient chargés de la collecte des impôts et de la communication avec les habitants. Ils se sont installés sur les terres des Ouled Aïdoun au bord de l’Oued Kebir. La région a été appelée El-Milia par référence aux habitants de Mila. Le premier noyau de la ville actuelle d’El-Milia a été créé durant l’occupation française. C’était au départ une tour militaire bâtie par le général Gastan en 1858.

Carthaginois, romains, vandales, byzantins

Dans l’antiquité, la région d’El-Milia était loin de l’influence des Phéniciens dont la présence se limitait aux comptoirs côtiers utilisés pour leur commerce maritime. Quand les Carthaginois ont fondé leur état au 9è siècle avant Jésus-Christ, leur pouvoir ne dépassait Bougharoun (Collo) et la région de Mila.

Avec l’apparition des Royaumes Numides de Massinissa et de Massilia, au 3è siècle avant Jésus-Christ, Oued-el-kebir fut la limite séparant les deux royaumes.

Après l’occupation romaine de toute la région au 1er siècle, les envahisseurs se sont concentrés à Bouna, Choulou, Cirta, Idjildjili, et ont fondé plusieurs centres urbains et militaires pour soumettre toute la région et exploiter ses richesses. Les ruines historiques existantes nous révèlent leur présence dans la région d’El-Milia : à Sidi-Maarouf, dans la plaine de Bellara, Tanafdour. En outre, des centres montagneux, comme Ain- Lamdaouia (la Fontaine traitée), à Oued Yahia, ont été fondés.

Les populations locales ont participé à la résistance contre l’occupation romaine, en s’associant aux tribus du Djurdjura et des Babors, dirigées par Fraksan, et en participant à la révolte des Bavars.

Lorsque les Vandales arrivèrent au 5è siècle, les petites tribus des alentours d’El-Milia sont restées hors de leur influence. Même chose durant l’occupation byzantine au 6è siècle. L’influence de Byzantins se limita à quelques ports, comme Jijel et Bejaïa.

Les tribus Kotama, piliers des Fatimides

Après l’expansion de l’Islam au 7è siècle, ces régions sont restées aussi indépendantes à cause de la nature différente de leurs montagnes, ce qui les a éloignés de l’influence des Aghliba après leur indépendance de l’Etat abbasside au 9è siècle.

A la fin du 9è siècle, le prédicateur fatimide Abou Abdellah le chiite s’installa à Fedj-Mzala et organisa une coalition avec la tribu de Kotama, à laquelle les populations d’El-Milia appartenaient.

A cette époque, les Kotama avaient participé activement à la fondation de l’Etat fatimide et ont joué un rôle principal dans sa politique, au point que beaucoup sont partis avec les Fatimides en Egypte au 10è siècle. Ce qui restait de la tribu des Kotama à El-Milia est représenté par les Beni-Telilène.

Les pays du Maghreb ont vu, au début du 11è siècle, l’exode des tribus des Beni Hilal en Haute-Egypte à l’instigation des Fatimides. Les Hilaliens se sont établis dans la région et se sont mélangés avec les habitants d’origine au point où ils devenaient majoritaires, et, aujourd’hui, il est impossible de faire la différence entre les habitants d’origine amazigh et arabe.

Parmi les tribus éminentes qui se trouvent à El-Milia, sans considérer l’origine arabe ou amazighe, on peut citer : les Oued Aïdoun, Beni Fergane, Beni Belaïd, Beni meslim, Tileman, Beni Feteh, Beni Aïcha, Beni Khettab, Ouled Ali, Ouled Ouet, Ouled Boufaha, Mechat, El Achache, Beni Caïd, Ouled Mbareek, Beni Telilane, Beni Sbih.

La colonisation française

Après la chute de l’Algérie entre les mains des Français en 1830, les tribus d’El-Milia n’ont pas tardé à résister. Un grand nombre de ses habitants se sont joints à Moulay Chekfa qui dirigea les tribus de Jijel, d’El-Milia et de Collo pour défendre la ville de Constantine. Le bras droit d’Ahmed Bey et chef de la résistance était Ali Ben Aïssa de Beni Fergane.

Après la chute de Constantine en 1937, les Français ont colonisé Mila et Skikda en 1838, puis Jijel et Sétif en 1839. L’assujettissement de la région n’était guère facile et on n’y parvenait qu’après des campagnes successives. Les plus importantes se sont déroulées en 1847, 1850, 1851, 1852, 1853, 1858, 1860, 1861 et 1865 et furent dirigées par des généraux.

En 1858, le général Gastan décida de bâtir la tour militaire d’El-Milia pour contrôler les tribus de la région.

El malgré les campagnes basées sur la politique de la terre brûlée et l’extermination collective, les tribus d’El-Milia ne s’arrêtaient pas de résister en participant à plusieurs révoltes dans le Constantinois, telle la révolte de Si Zeghdoud en 1841, de Mohamed El Boudâali en 1843, de Collo en 1846, de Oued-el-kebir en 1858, de Zouagha en 1864.

Après une période difficile due à l’invasion des sauterelles en 1866-1868, l’expansion de la sècheresse en1865-1867, les maladies et la famine ont anéanti des milliers de personnes. Les habitants de la région d’El-Milia ont repris le mouvement de révolte : les Ouled Aïdoun prennent les armes le 14 février 1871, obligeant les autorités coloniales à décréter l’état d’alerte maximale à Constantine, Mila, Skikda et Collo.

Les Ouled Aïdoun se sont joints aux cheikhs El Mokrani et El Haddad, le 24 mars 1871. Ils ont résisté avec à leur tête cheikh Mohamed Ben Fiyala de la zaouia Sidi Waniz Errahmania. Ce cheikh a formé, avec Moulay Chekfa un duo très dangereux que les Français ont essayé de mettre en échec. Charles Féraud le reconnaît : « Quand les deux se rencontrent, il y a seulement un pas qui reste devant eux en direction de Constantine ».

Après qu’il ait mis fin à la révolte d’El Mokrani, l’occupant en est venu à la vengeance contre ces tribus. Beaucoup de gens ont été exilés. La politique d’implantation à commencé. L’administration coloniale est créée pour veiller à exploiter les ressource de l région. La commune mixte d’El-Milia est créée le 25 août 1880, elle se positionnait entre Grarem au sud et le littoral au nord. Le pourcentage des terres confisquées a atteint 27% en 1888. Plusieurs fermes et des entreprises implantées pour l’exploitation du bois, du liège et des métaux ont été créées. De même, pour la colonie d’Arago, aujourd’hui Bordj Alia, en 1922 et celle de Katinka, aujourd’hui Settara, en 1923.

Source : Jijel-Infos, semaine du 3 au 9 octobre 2001. Jijel-Infos a cessé de paraître en 2002, faute de recettes publicitaires. Il n'a aucun rapport avec le site http://jijel.info/ en ligne.

http://www.algerieinfos-saoudi.com

Suivez-nous sur notre page Facebook.......

Commentaires   

fridjali
# fridjali 11-02-2019 17:39
d'après les informations que j'ai eues,le gens de Mila allaient vers une région proche pour écouler leurs produits. s'en suit un marché régulier à jour fixe. ce marché étant surtout peuplé de gens de Mila c'est devenu le marché d'El milia ( les gens de Mila)
OuAllahou A3lam
Signaler à l’administrateur
saladin
# saladin 12-02-2017 07:33
GRAND merci pour ce tour d’horizon qui nous rappelle d’où on vient (et où on va…) :-)

Je me suis toujours posé la question :

Pourquoi est-ce que les ancêtres avaient-ils choisi les montagnes pour s’y installer ?


Ca aurait été mieux de s’installer comme les Ouled Ameur ( région de Sétif) , par exemple, sur les hauts plateaux où il y avait à boire et à manger. :lol:

Je me dis qu’ils avaient, peut être, choisi les montagnes comme refuges, cherchant la paix et éviter les ennemis qui ne cessent pas, de débarquer, de tous les horizons !


May be yes or may be no!
:-)

Merci d’avance, à tous ceux qui peuvent éclairer nos lanternes, un peu plus … !
Signaler à l’administrateur
christine hamad
# christine hamad 12-02-2017 11:37
Je va essayer de vous éclairé un petit peu.
D'après que ce que j'ai lit dans les livres d'histoire de Afrique du nord, les amazigh ou berbères, comme les romains les ont appelé, se sont fuit dans les haute montagnes pour éviter des envihasseurs, de tout coin du monde, au Maroc les amazigh aussi vivent dans les montagnes.
Comme c'est très difficile de le faire descendre d'en haut, ils étaient tranquille et pourcent poursuivre leur vie, dans la paix.
J'espère les livres d'histoire ne racontent pas des mensonges.
Always happy to help you! :-)
Signaler à l’administrateur
saladin
# saladin 12-02-2017 13:29
Thanks Christine Hamad, for your help !

Ainsi donc, je ne suis pas le seul à penser que les ancêtres étaient des gens de paix ! :-)
Signaler à l’administrateur

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Nous avons 211 invités et aucun membre en ligne

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Espace pub: TOUR BENZIADA " Avancement des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Une plaque commémorant Aissa ben M'hamed, une Hantise à ouleds m'hamed
    hamrour hamrour 25.05.2019 18:50
    bonjour à tous pour ceux qui voudraient m’écrire ou me contacter sur email : hamrour.ab@gmail.com ...

    Lire la suite...

     
  • JIJEL: 14 ème vendredi de mobilisation. les citoyens revendiquent le départ des symboles du système
    saladin saladin 25.05.2019 12:03
    A lire les slogans portés par les centaines de milliers, des jeunes algériens, du Hirak, depuis le ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 22.05.2019 21:02
    CONDOLÉANCES. Nous sommes sincèrement peinés d'apprendre le décès de Monsieur HELLAL Noureddine ...

    Lire la suite...

     
  • Sans évoquer la date du 4 juillet, Gaid Salah revient sur la nécessité de la tenue de l'élection présidentielle
    saladin saladin 21.05.2019 09:27
    "Les décideurs " semblent ne pas attribuer de l’importance, à l’appel majeur, de la majorité populaire ...

    Lire la suite...

     
  • Direct d'Alger... Les étudiants célèbrent leur journée nationale à leur manière.
    saladin saladin 20.05.2019 15:22
    " … Effectivement, avec un diplôme en plus, nous ne ferons pas de meilleurs cadavres ! A quoi donc ...

    Lire la suite...

     
  • Ce n'est qu'un avis.
    saladin saladin 18.05.2019 13:59
    La solution était connue dés les premiers vendredis, des marche pacifiques, de la majorité du PEUPLE ...

    Lire la suite...

     
  • jijel.info - QUAND LES JEUNES JIJELLIENS S'EN MÊLENT.
    saladin saladin 18.05.2019 09:43
    GRAND BRAVO les jeunes ! Là est le bon signe d’une société qui évolue, vers ce qu’il y a de meilleur...

    Lire la suite...

     
  • JIJEL / VENDREDI 13: UNE JOURNÉE JOYEUSE
    saladin saladin 17.05.2019 18:23
    Les algériennes et les algériens, à travers tout le pays, pour le 13e vendredi consécutif, sont sortis ...

    Lire la suite...

     
  • Ramadhan 1 : les prix des produits alimentaires flambent.
    christine hamad christine hamad 16.05.2019 06:53
    Hahahaha, Et on va manger quoi pour le ftour???? Oui, rani saima, pas de boycott des commerçants ...

    Lire la suite...

     
  • Ramadhan 1 : les prix des produits alimentaires flambent.
    Foughali Foughali 15.05.2019 16:04
    Saluuuut Ouakila raki saÏma? J'ai dit de boycotter les commercants, pas le ramadan.... Wake up! saha ...

    Lire la suite...

     
  • Jijel au XIXe siècle … Autour d’une gravure rare
    christine hamad christine hamad 13.05.2019 07:17
    Une très belle gravure!!

    Lire la suite...

     
  • RAMADANESQUE. LE HIRAK ALGERIEN " NE JEÛNE PAS"
    saladin saladin 11.05.2019 11:56
    Tous ceux qui ont misé sur l’essoufflement, du PEUPLE, en ce mois sacré du Ramadhan, doivent revoir leurs ...

    Lire la suite...

     
  • RAMADANESQUE. LE HIRAK ALGERIEN " NE JEÛNE PAS"
    MedSouilah MedSouilah 11.05.2019 11:48
    Iftar à Tlemcen après la manif du vendredi.

    Lire la suite...

     
  • Ramadhan 1 : les prix des produits alimentaires flambent.
    christine hamad christine hamad 11.05.2019 07:53
    Saha ftourkoum, Un boycott du ramadan est in bonne idée! Ramadan mbarak!!

    Lire la suite...

     
  • Ramadhan 1 : les prix des produits alimentaires flambent.
    Foughali Foughali 10.05.2019 07:52
    Salut Christine Tu as raison....c’était la même chose dans les années 60/70... Pour régler ce problème ...

    Lire la suite...

     
  • Louisa Hanoune, convoquée par le tribunal militaire de Blida
    MedSouilah MedSouilah 09.05.2019 19:32
    Placée sous mandat de dépôt à Blida, Louisa Hanoune a été incarcérée dans une « prison civile », selon ...

    Lire la suite...

     
  • Nuit du doute
    christine hamad christine hamad 07.05.2019 06:51
    Ramadan mbarak a tout le monde inch'allah !!

    Lire la suite...