Connexion

Nous avons 338 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Culture Culture, nature & environnement

Une nuit passée dans un gourbi

 Jidda Khmissa, c’est son prénom, représente pleinement la paysanne de Béni-Siar. Jida Khmissa est une vieille femme au visage buriné, strié de sillons creusés dans ce qui est une peau paraissant épaisse. Un visage dans un pareil état est sans doute le propre de toute paysanne accusant un certain âge, ayant de tout temps vécue sous les intempéries des hauteurs après avoir été confrontée aux rigueurs de toute une vie de dur labeur.

Avait-elle ce petit tatouage en forme de plus (+) sur le front et les joues, je ne saurais l’affirmer. Elle avait bien sûr sa « maherma »1 entourant sa tête, ou y en avait-il deux ? Au vu de l’épaisseur de ses vêtements, elle devait également porter deux ou trois robes l’une sur l’autre, en plus de ce qui passerait pour une « baleta »2 en tissu bariolé de bandes oranges, entourant ses épaules. Elle avait aussi son bâton et sa « rezma »3. Elle se tenait et marchait quelque peu courbée sous le poids de l’âge.

Mon Village...

 

Quelques vieux toits moussus composent mon village

Vers lequel conduit seul un dur chemin pierreux

S'il faut vivre caché pour vivre un jour heureux

Il a tout ce qu'il faut pour satisfaire un sage --

 

Il repose à l'abri de ses grands peupliers

Où la brise d'été lentement passe et chante --

Un frais ruisseau murmure à l'entour de leurs pieds

Et sous les aulnes verts tout doucement serpente.

 

Ne cherchez pas son nom sur les cartes routières

Si vous passez un jour sur la grand'route proche

Dédaignez son chemin et ses rudes ornières

Il n'est beau que pour moi mon village de Roche.

JIJEL /Le secteur de la culture: Amine Zaoui à jijel

L'écrivain  Amine Zaoui sera l'invité  du prochain forum culturel  initié par la direction de la culture de la wilaya de jijel , selon le responsable du secteur de la wilaya .En effet , lors de la deuxième édition de ce forum  culturel  qui aura lieu le samedi 21 février  prochain à partir du 14 heure au centre islamique Ahmed Hamani de la ville  de jijel  , Amine Zaoui qui était  récemment l'invité du Maghreb des livres à Paris  ,   parlera  de son riche parcours littéraire . Rappelons  que le premier   numéro  du forum culturel qui fait partie  des rendez vous culturels  initié par la direction de la culture de la wilaya , a  été  animé  par el Moujahida Mdme Zohra  Drif BITAT  qui abordé les mémoires   d'une Moujahida  de l'armée de libération nationale .Soyez nombreux le 21 février . BMC  

Jijel, maison de la culture: Apprendre la photographie sur le terrain.

Une formation pour tous au niveau de la maison de la culture Omar Ousseddik de Jijel. Voici le programme, les inscriptions sont toujours ouvertes, si vous n'y connaissez rien en photographie, ou simplement que vous souhaitez reprendre les bases de la photo à votre rythme, vous y trouverez une formation pour mieux comprendre les concepts techniques de la photographie. Le programme: jijel.info

لمن يهمه الامر ..دار الثقافة عمرو الصديق تفتح ورشة للفن الفوتوغرافي
إليكم البرنامج الخاص بالدروس التى ستقدمها ورشة التصوير الفوتوغرافي كل يوم سبت ، من الساعة التاسعة (09:00) صباحا الى منتصف النهار (12:00) .

ملاجظة: باب التسجيل مازال مفتوح أمام الجميع......

 

Dans la tourmente du temps: L'esprit éploré et les pensées confuses

Bien des jours et des mois, et aussi tant d'années sont passées, et continuent encore de passer. Il a été un temps dont les jours avaient l'aspect fleuri et sonnaient d'une musique suggérant l'espoir d'autres jours à venir. Entrevus et souhaités encore meilleurs. Il y avait la fraîcheur de la jeunesse et aussi les amis formant le cadre de la vie.

La nature était belle et florissante. Les oiseaux peuplaient un ciel luisant de clarté. Sa voûte, bleu pervenche, était de temps à autre effilochée de fins nuages blancs, s'étirant en des filaments. La mer était là aussi. S'étendant à l'infini, jusqu'à l'horizon, au point où le ciel et la mer se rejoignent. On ne discernait l'un et l'autre que par la nuance de leur bleu. Le rivage est constitué de plages couvertes de sable d'or, et couraient tout en long, en une large bande battue par le ressac de la mer.

Des plages 'étirant à perte de vue vers le levant. A l'opposé, du côté du couchant, il y avait les courbes et les pointes de tous ces rochers. Brillants sous l'effet du flux et du reflux. Les vagues venaient s'y abattre dans d'éclaboussants nuages humides de mousse blanche toute pétillante. Parmi la chaîne des rochers, il en est qui sont couverts d'un tapis de mousse marine, d'un beau vert végétal, fixé sur leur sommet arrondis et s'accrochant encore le long de leurs parois.

Un message de Ghaza..."L'Algérie au bord de la plage de Ghaza"

 

Tous les enfants de la bande de Ghaza, en palestine adorent l'équipe Algérienne !

Dans un message adressé, par les deux jeunes artistes, Abdelhakim et Osama Sbeata, "L'Algérie frère au bord de la plage de Ghaza", en reconnaissance au peuple Algérien, mais aussi au soutien de l'équipe nationale !

Pour rappel, L’équipe nationale algérienne avait décidé l'été dernier d’octroyer un don de 10 millions de dinars (100 000 $) aux enfants de Gaza, au moment ou, les Palestiniens ont subi une offensive d’une rare violence du colon israélien.