« COUPEZ-MOI ÇA À RAS ! »

02

Bonjour; Ce Jeudi 25 Mai, ils nous annoncent d'Achouat, du soleil. Dommage, la pluie nous manque toujours. Il faut savoir que la grande poussière qui a envahit la ville de Jijel et ses alentours ces dernières années, nuit aux propriétés riveraines, les magasins, les écoles...Par manque d'entretien des chaussées. C'est seulement la pluie qui fera le bon travail.

« Coupez-moi ÇA À RAS ! » Ainsi fut fait. Et la forêt si luxuriante, si serrée, devint du jour au lendemain cet immense désert brûlé par le soleil auquel on donna logiquement le nom de SAHARA. Histoire réelle ou imaginaire ? Peu importe.../

Après des ères et des ères, on vient enfin de s’apercevoir que cette décision majestueuse a détruit la production des végétaux et des animaux utiles à l’homme. De plus, ce fait néant a fait de l’homme un végète tôt qui a abandonné le travail de la terre.

Mais comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, on vient de découvrir que l’avenir de ce pays
se trouve dans l’agriculture et que l’agriculture à venir se trouve au Sahara.

Vrai ou faux, peu importe.

De toute manière ça à rien d’extraordinaire pour le consommateur blasé dont l’ordinaire constitue l’extra. Sahara ou pas Sahara, de toute façon, pour lui, depuis longtemps, dessert rime avec désert.


M.S AVEC K.L jijel.info