Histoire Histoire

Courrier des lecteurs: AIN LEBNA, LA, OU LE TEMPS S'EST ARRÊTÉ

Bonjour mon cher Mohamed,

Je t'envoi ces quelques photos de ce merveilleux hameaux que tu connais probablement ( AIN LEBNA) isolée et éloignée, je souhaiterai que tu lui consacre un petit article pour attirer les pouvoirs publics surtout la Wilaya de Jijel et la commune de Erraguene pour qu'ils le retire de son isolement.
Ainsi Ain Lebna va renaître de ses cendres avec son électrification prochainement.

Oui en effet, mon cher ami Sofiane. J'avais connu cette région mais j'étais encore enfant, alors que j'accompagnais mon père allah yarahmou avec un groupe de Moudjahidines pour rendre hommage à leur collègue,  le Martyr, commandant Hocine Rouibah, enterré dans cette région.

il faut reconnaître que les citoyens des localités Aïn Lebna et El Merfaâ, ainsi que la mechta Zerata, souffrent toujours le martyrs.
Espérons que votre cri trouvera une réponse urgente des autorités.

Jijel: Les années 80...

Voici une belle image, un souvenir des années 80.

La boucherie du défunt Arrada Seddik.
Que de souvenirs...

Université de Jijel Mohamed-Seddik Benyahia revisité

La célébration du 61e anniversaire de la grève des étudiants du 19 mai 1956 a été l’occasion de rendre hommage à l’ex-ministre des Affaires étrangères, Mohamed Seddik Benyahia, par l’université qui porte son nom dans sa région natale, Jijel.
Ainsi, jeudi dernier, des festivités ont été organisées à la salle de conférences du campus universitaire de Tassoust (commune de l’Emir Abdelkader), en présence des autorités de la wilaya, ainsi que des invités de marque, comme l’ex-chef du gouvernement, Rédha Malek, l’ex-ministre et conseiller à la Présidence, Mahieddine Amimour, et le secrétaire général de l’Organisation nationale des moudjahidine, Saïd Abadou.
La célébration du 35e anniversaire de la «disparition», et non la mort, comme le précisera M. Abadou, de Benyahia, a été l’occasion de retracer le parcours de l’étudiant, du militant et du responsable politique jusqu’à ce que cet élan soit arrêté par un missile irakien à l’âge de 50 ans, alors qu’il menait une mission de médiation pour mettre un terme au conflit irano-irakien.

EMOUVANT: LA DERNIÈRE LETTRE DU COLONEL LOTFI À SON ÉPOUSE

Le 16 mars 1960, soit une dizaine de jours avant qu’il ne tombe au champ d’honneur, à Djebel Béchar, le colonel Lotfi écrit à son épouse une très belle lettre, chargée d’émotion, d’amour et de patriotisme.  A ma très chère femme,  Je m’excuse à l’avance de n’avoir pas osé t’annoncer de vive voix ce que je vais t’écrire. J’espère que lorsque tu recevras cette lettre, je serai bien loin en Algérie, ma Patrie Chérie.  En effet, je suis en pleins préparatifs et je dois rejoindre l’intérieur dans les plus brefs délais. Je crois ne t’apprendre rien de neuf en te disant que c’est la seule place possible pour moi en ce moment. Il m’est devenu impossible, intolérable, insoutenable de continuer à vivre à l’extérieur, ceci en dehors de toute considération de quelqu’un d’autre que ce soit. Ensuite, en tant que chef, que Révolutionnaire, qu’idéaliste imbu de principes, je dois être aux côtés de mes hommes pour les soutenir et du Peuple pour le réconforter et renforcer son moral.  

Mme Dehilès veuve Abane n’est plus : Un destin d’exception

Izza Bouzekri, veuve de Abane Ramdane, puis du colonel Dehilès, est décédée hier à Alger à l’âge de 89 ans. Elle fut actrice et témoin de premier plan d’événements qui ont marqué la guerre de Libération. Deux jours avant son décès, une équipe d’El Watan s’était déplacée chez elle pour recueillir ses témoignages.

Un des acteurs et témoin d’événements majeurs survenus lors de guerre de Libération nationale vient de s’en aller. Izza Bouzekri, qui a partagé durant quelques mois la vie du géant Abane Ramdane, avant d’épouser, en 1959, un autre grand dirigeant de la Révolution, le Colonel Slimane Dehilès, est décédée. Elle est partie comme elle a vécu : dans la discrétion.

13 mai 1839: Une date historique pour les Jijelliens.

Trois dates historiques de notre combat contre les occupants à Jijel et ses environs telles que spécifier par notre Professeur d'Histoire, a l'Université d'Oran, Dr. Soufyane Abdelatif! Une Pieuse Pensée a nos Chouhadas El Abrar !

Le début de l'occupation française débuta le matin du 13 mai 1839, avec l'arrivée la veille, à partir de Skikda, du corps expéditionnaire commandé par de Salles, à bord de deux bâtiments à vapeur, le Styx et le Cerbère. Ils durent relever les positions des forts Saint Ferdinand et Dusquesnes, pour se protéger des attaques incessantes des autochtones, puis complétèrent le système de défense le 15 mai par le fort Saint Eugénie et la redoute Galbois sur les hauteurs du djebel Ayouf.

Un certain Lundi de mai 1961

Frappons aux portes de la mémoire. Réveillons-la pour qu’elle libère par bribes ou par flots, ses souvenirs, même douloureux et qu’elle dise simplement ce qui fut. Une chanson populaire a immortalisé ces journées « anhar latnine, frança ghaflana, rafdhou laalame… ».
Décembre 1960. Alger brûle. Le peuple brave les chars. Poitrines nues contre fusils. Mourir debout que vivre à genoux. L’opinion mondiale bascule en faveur du peuple algérien. Alger à l’époque abritait 300 à 400 milles âmes. Jijel regroupait 10 000 habitants tout au plus. C’était une ville garnison, coupée en deux par les barrages de fils barbelés avec deux passages obligés. Côté est : l’école Jules-Ferry et son poste de gendarmerie. Côté ouest : la Medersa, avec les renseignements généraux. Quartier européen au nord, quartier algérien au sud. Patrouilles à pie et mécanisées permanentes. Couvre-feu, sauf-conduit. Ville prison. Ville assiégée : même les adresses étaient conçues en îlotage. La ville était quadrillée, maillée.

Les lettres du général de Saint Arnaud

Le rôle des populations de Jijel dans la résistance à la campagne française de 1851 est le thème d’une conférence prévue samedi 14 Mai 2016 à Jijel à l’initiative de l’association «Amjad» pour l’histoire et le patrimoine de la wilaya de Jijel.
Cette manifestation, qui sera animée au lycée Bouraoui Belhadef (sud-est de Jijel) par Soufiane Abdellatif, professeur d’histoire à l’université d’Oran, s’inscrit dans le cadre de la commémoration du 165e anniversaire de la bataille ayant opposé les populations de Jijel aux forces coloniales commandées par le général Saint Arnaud

Voici des extraits des lettres écrites par le Maréchal de Saint Arnaud au sujet de la campagne de kabylie: combats, massacres, incendies et pillages; un carnage dans les tribus.
On relèvera en particulier cette phrase tirée d'une de ses lettres:
"Voici une campagne comme je n'en ai point encore faite en Afrique, malgré mes quinze années de vie militante"
Je joins ici un lien vers la la fiche Wikipédia du général de Saint Arnaud, qui fournit un aperçu sur ce personnage au sujet duquel Victor Hugo a dit 'qu'il avait les états de service d'un chacal'.
Constantine, lettre du 12 et 22 février 1851"...

SI LE 8 MAI 1956 M’ÉTAIT CONTÉ. Massacre de tous les mâles du village d’Oudjehane à Jijel

Ces faits ne sont pas tirés d’un film de fiction, mais d’une réalité vécue durant la guerre de Libération nationale. Des survivants, à l’image de Nour, témoignent et d’anciens appelés de l’armée coloniale, à l’instar d’André, confirment.

Le 8 mai 1956, du côté d’El-Milia, dans le Nord- Constantinois, une section de l’ALN s’attaque à une unité de l’armée coloniale sans faire de victime. Le 11 mai, jour de l’Aïd es-Seghir, l’armée coloniale procède à un ratissage auquel prendra part le 4e BCP stationné à El-Ancer. Une jeune fille d’Oudjehane qui se dirigeait vers la source d’eau, est harcelée par un militaire qui, cherchant à abuser d’elle, s’est isolé de ses collègues.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Avancement des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • C'était hier à la sortie EST d'El-Aouana au lieu dit: "Etourna da ballout"...
    MedSouilah MedSouilah 28.06.2017 17:21
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/28/170628064122866322.png

    Lire la suite...

     
  • MA DEUXIÈME CULTURE DES CONCOMBRES AU POTAGER BIO
    Igel Igel 28.06.2017 16:59
    La magie de la nature. Elle nous rassemble. Des concombres Bio. C'est un bon départ. A la prochaine idée ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo: Nettoyage de la plage Zaway.
    Igel Igel 28.06.2017 16:51
    Il m'a toujours semblé que cette plage était interdite à la baignade en raison des dépôts de produits ...

    Lire la suite...

     
  • Le crie de cœur des habitants de la cité Rabta
    Igel Igel 28.06.2017 16:43
    On peut se poser quelques questions simples. Qu'est-ce une ville? En y répondant objectivement on ...

    Lire la suite...

     
  • Un petit tour en ville...
    Igel Igel 28.06.2017 16:36
    Une vidéo qui dépeint par l'image et le son la profonde morosité couvre de ses ailes cette ville ...

    Lire la suite...

     
  • Le crie de cœur des habitants de la cité Rabta
    dzira dzira 28.06.2017 15:39
    Y'a pas de justice.le walou fait ce qu il veut avec la complicité de l APW et le désengagement des ...

    Lire la suite...

     
  • LES BEAUX PLATANES DE LA RUE DE VIVONNE...
    yasmine yasmine 28.06.2017 09:38
    Malheureusement les paltanes de la rue Vivone actuellement 1er Novembre , se meurent dans l'indifférence ...

    Lire la suite...

     
  • Le crie de cœur des habitants de la cité Rabta
    MedSouilah MedSouilah 28.06.2017 05:47
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/28/170628071128180638.png

    Lire la suite...

     
  • La photo du jour: Quelle horreur...
    Foughali Foughali 27.06.2017 22:51
    Salut igel Serais tu jaloux ? Tu peux te joindre à nous....tu es le bienvenu ! Je suis à Marseille ...

    Lire la suite...

     
  • MA PREMIÈRE CULTURE DES POMMES DE TERRE AU POTAGER BIO
    MedSouilah MedSouilah 27.06.2017 19:11
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/27/170627083511432380.png

    Lire la suite...

     
  • MA PREMIÈRE CULTURE DES POMMES DE TERRE AU POTAGER BIO
    MedSouilah MedSouilah 27.06.2017 19:10
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/27/170627083511197226.png

    Lire la suite...

     
  • La photo insolite: Les misères et splendeurs de ces véhicules de nos jours...
    Ben Nafa Ben Nafa 27.06.2017 19:07
    Merci Mohamed pour la publication de cet ancien texte qui nous remonte à l'époque du calme et de ...

    Lire la suite...

     
  • La photo insolite: Les misères et splendeurs de ces véhicules de nos jours...
    Ben Nafa Ben Nafa 27.06.2017 19:06
    ls ont fini dans le bois de chauffage des Hammams et les gros tronçons, dans la fabrication des ...

    Lire la suite...

     
  • La photo insolite: Les misères et splendeurs de ces véhicules de nos jours...
    Ben Nafa Ben Nafa 27.06.2017 19:05
    Le chauffeur ne connaissait pas le Levier d'Archimède... C'est pour ça qu'il avait réparti n'importe ...

    Lire la suite...

     
  • MA DEUXIÈME CULTURE DES CONCOMBRES AU POTAGER BIO
    MedSouilah MedSouilah 27.06.2017 18:38
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/27/170627080251617223.png

    Lire la suite...

     
  • MA DEUXIÈME CULTURE DES CONCOMBRES AU POTAGER BIO
    MedSouilah MedSouilah 27.06.2017 18:38
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/27/170627080251261535.png

    Lire la suite...

     
  • LES BEAUX PLATANES DE LA RUE DE VIVONNE...
    Igel Igel 27.06.2017 14:45
    Le bilan est catastrophique. Un docteur à la vue des résultats de l'analyse du malade Jijel ne saurait ...

    Lire la suite...