Histoire de la vieille mosquée de Jijel : un minaret à six faces

La grande mosquée de Jijel, située en plein centre-ville, a été construite en 1875 à l’intérieur du tissu urbain colonial dressé après 1863. Toutefois, elle n’était pas la plus ancienne. En effet, il fallait se souvenir, lors du tremblement de terre, suivi d’un raz-de-marée, qui frappa dans la nuit du 21 au 22 août 1856 l’ancienne ville (Jijel Kedima), dite la citadelle, où est érigée actuellement la base navale, plusieurs édifices religieux, notamment les deux mosquées, s’écroulèrent.
Les destructions qui frappèrent également les habitations et les tours de gué finirent par raser entièrement la cité plus que millénaire.
À la suite de cette catastrophe, les autorités françaises décidèrent de délocaliser les quartiers, en édifiant une nouvelle ville moderne sur un nouveau site, après avoir indemnisé ses habitants, dont les anciens terrains furent versés au génie militaire.


Dans la nouvelle ville en pleine construction, les Français prirent soin de réserver une assez grande parcelle, un demi-hectare, pour édifier un édifice chrétien qui sera la future église. Il n’en fut pas de même pour la religion musulmane. Conséquemment à cet affront, ou à l’oubli volontaire, la population jijelienne décida de réagir en exigeant des autorités françaises que le culte musulman y soit également représenté. Une pétition est alors signée le 29 juillet 1871 et envoyée aux nouvelles autorités afin de faire valoir les droits religieux de la communauté musulmane. Après moult tergiversations, leurs doléances sont finalement acceptées.
Puis s’ensuit le retard dans le choix du terrain. Finalement, une parcelle moins grande que celle de l’église est trouvée. L’on tomba alors d’accord pour que l’architecte Ségade en conçoive les plans. Celui-ci s’inspira d’anciennes mosquées de la citadelle, malheureusement perdues, et en fit un monument de belle facture comportant un minaret à six faces, rarissime en Algérie.
Comprise dans le lot que font les rues Abdeslam Ben Badis (ex-Hautefeuille), Dekhli Mohtar (ex. De Navarre) et celle des Frères Mékidèche (ex-de la Guillotière), la mosquée de Jijel fut finalement inaugurée en 1875. C’est un ancien instituteur Ali Ben Mékidèche (1818-1890), Taleb et enseignant du coran qui en fut désigné premier imam. Ce jour-là, à la ferveur de l’inauguration, dans la gaîté et la piété, la population jijelienne y assista très majoritairement. Depuis lors, la religion musulmane ainsi enthousiasmée et élevée, les prières quotidiennes débutèrent dans le nouvel édifice et toutes les fêtes religieuses y seront célébrées. Les fidèles sont de plus en plus nombreux. Parallèlement, plusieurs imams se succédèrent à la mosquée de Jijel pour y tenir des prêches et prodiguer la bonne parole. Durant le siècle et demi qui suivra, une lignée de plusieurs imams aussi illustres les uns que les autres, y tint le minbar. Après le décès d’Ali ben Mékidèche, son fils Ahsène (1844-1903) y prit la relève. Quand ce denier disparut à son tour en 1903, Si Bachir Lahmar (1879-1925), précédemment imam de la mosquée Sidi El Kettani à Constantine, le remplaça. À la mort de ce dernier, le 27 mars 1925, Cheikh Mohamed Boulehbel prit sa place. Ensuite vient Salah Sahli (1885-1957). Il était le père de Si Mohamed Tahar, figure religieuse très connue et très estimée à Jijel. Ce dernier occupera d’ailleurs à plusieurs reprises la même fonction que celle de son père. Dans un intermède, c’est Si Mohamed Abada (1911-1981) qui dirigea le culte. Si Mohamed Tahar l’aida en alternance. Plus tard, quand Si Mohamed Abada (1911-1981) s’établit imam à la mosquée « Zaouïa », devenue des décennies après mosquée Bilal Ben Rabah, Si Mohamed Tahar est nommé imam officiel de la grande mosquée de la ville qu’il fera briller de son aura et de son érudition. Son parcours religieux particulier qui était aussi mis à l’instruction de ses concitoyens fut également d’un grand apport à la cause nationale. La mosquée fut donc, à sa mort, naturellement et respectueusement baptisée en son nom.
Si Mohamed Tahar Sahli, dit «El Jijeli» (1904-1990), fit ses premières classes à la Zaouïa Ouled Sidi Cheikh de Mila, puis poursuivit ses études religieuses à Djamaâ Zitouna de Tunis. À son retour en Algérie, il est nommé imam de la mosquée « Hassan Bey » de Constantine. Fréquentant le vivier intellectuel et religieux de la ville, il devient rapidement membre de l’Association des oulémas musulmans algériens.
À Jijel, son nouveau domicile, Si Mohamed Tahar dirigea de nombreux sermons religieux tous dits à la grande mosquée (Mesdjed el Atik). Des années durant, il prodigua des conseils à la communauté des croyants, ses discours lumineux étaient très suivis et très appréciés. De son côté, la population jijelienne n’en finissait pas de lui montrer son estime, sa reconnaissance et le tarir d’éloges chaque fois qu’il le fallait. Toutefois, arrivé à un âge avancé, on lui désigna un assistant, Kamel Laribi, ainsi nommé pour effectuer à la place du cheikh les prières quotidiennes. Mais, sur insistance des fidèles, Si Mohamed Tahar continuera à diriger celle du vendredi. Si Mohamed Tahar Sahli décède en 1990. Cheikh Kamel Laribi poursuit la tâche de l’imamat jusqu’en 2000 où il est remplacé par Cheikh Saâdoune Chelouch, l’imam actuel de la mosquée de Jijel. En sus des anciens imams qui portent l’estime de tous ainsi que le les nouveaux, un grand nombre de volontaires et de bénévoles, dont on doit également relever le mérite, faut-il le rappeler, ont diffusé la parole de Dieu à la grande mosquée et, ont essayé d’aider tout un chacun ; nous citerons Cheikh Ali Chentir, Cheikh Mostefa Abada, Cheikh Abdelkader Ben Tebibel, Cheikh Ahmed Ben Fridja, Cheikh Draâ Messaoud, Cheikh Mokhtar Ben Mékidèche, Cheikh Ali Fatès (Ben Bazine), Cheikh Abderrahmane Meharahra, etc…
Lors de son lancement en 1875, la superficie couverte de la mosquée était de 160 mètres carrés pouvant accueillir approximativement 300 fidèles. L’édifice subit entretemps plusieurs rénovations et restaurations. Agrandie en 1964 juste après l’indépendance, puis en 1978, sa capacité d’accueil est augmentée pour recevoir plus de 3000 fidèles.
Au cours des années quatre-vingt, l’ancienne mosquée de Jijel est classée monument historique, puis rapidement déclassée au début des années 90, en réponse aux manquements aux règles de restauration et de conservation du patrimoine édictées pour ce type de classement. Son minaret à six faces exceptionnel fut détruit, de nombreuses modifications furent effectuées à l’intérieur et à l’extérieur de la bâtisse, sans aucune expertise, suivie de plusieurs malfaçons et maltraitances apportées à l’édifice, qui n’en finirent pas de lui soustraire son attrait et lui gommer son architecture originelle.
Une contribution de Karim et Djamal Eddine Hadji

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Vidéo : Les déportés algériens en Nouvelle Calédonie, documentaire d'Al Jazeera.
    saladin saladin 28.03.2017 07:40
    Salut Foughali, I know !!! Je fais bien partie du lot des simples citoyens qui ne voient pas ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 27.03.2017 21:35
    Décès de monsieur Benayache Mohamed dit "Himid" à l'âge de 63 ans. cadre de la sonatrach en retraite ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo : Les déportés algériens en Nouvelle Calédonie, documentaire d'Al Jazeera.
    Foughali Foughali 27.03.2017 15:40
    Salut saladin C'est très émouvant ! Cela me rappelle certains juifs d'Europe de l'est débarquant ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo. L’Indépendance de l’Algérie/ Un cadeau de De Gaulle à Djamel Abdel Nasser selon l’émir de Sharjah
    Foughali Foughali 27.03.2017 15:14
    Salut Christine Oui, j'aime JL Hooker depuis mon adolescence....je l'ai même rencontré une fois ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo. L’Indépendance de l’Algérie/ Un cadeau de De Gaulle à Djamel Abdel Nasser selon l’émir de Sharjah
    christine hamad christine hamad 27.03.2017 12:13
    C'est exact, je veux dire la dernière phrase!

    Lire la suite...

     
  • Vidéo. L’Indépendance de l’Algérie/ Un cadeau de De Gaulle à Djamel Abdel Nasser selon l’émir de Sharjah
    christine hamad christine hamad 27.03.2017 12:09
    Saaaalut, donc vous aimez John Lee Hooker, moi aussi, , je va vous racontée un rencontre que n'avait ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo. L’Indépendance de l’Algérie/ Un cadeau de De Gaulle à Djamel Abdel Nasser selon l’émir de Sharjah
    Foughali Foughali 27.03.2017 10:49
    Salut Christine Je crois comprendre que tu n'as pas bien compris mon propos..., Je dis que Marseille ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo. L’Indépendance de l’Algérie/ Un cadeau de De Gaulle à Djamel Abdel Nasser selon l’émir de Sharjah
    saladin saladin 27.03.2017 08:52
    Les glorieux martyrs avaient une autre vision de cet enfer… Pour eux, comme pour Jibran Khalil Jibran ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo : Les déportés algériens en Nouvelle Calédonie, documentaire d'Al Jazeera.
    saladin saladin 27.03.2017 08:40
    Bonjour Foughali, Il y a plein de vidéos sur youtube qui montrent que les descendants, des ancêtres déportés ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo. L’Indépendance de l’Algérie/ Un cadeau de De Gaulle à Djamel Abdel Nasser selon l’émir de Sharjah
    christine hamad christine hamad 26.03.2017 20:23
    Bonsoir, donc qu'on a pas mal de corruption et autres choses malhonnêtes, je suis d'accord avec vous ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo : Les déportés algériens en Nouvelle Calédonie, documentaire d'Al Jazeera.
    Foughali Foughali 26.03.2017 16:05
    Salut saladin J'ai cru lire quelque part que cette chanson était chantée en 1500, lors de l'expulsion ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo : Les déportés algériens en Nouvelle Calédonie, documentaire d'Al Jazeera.
    Foughali Foughali 26.03.2017 16:01
    Donnez moi ses coordonnées, je me ferais un devoir de lui écrire et de lui dire qu'elle a du sang ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo : Les déportés algériens en Nouvelle Calédonie, documentaire d'Al Jazeera.
    Foughali Foughali 26.03.2017 15:58
    Salut saladin Pour revenir aux algériens exilés à Noumea..., Mon fils a eu l'occasion de discuter ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo. L’Indépendance de l’Algérie/ Un cadeau de De Gaulle à Djamel Abdel Nasser selon l’émir de Sharjah
    Foughali Foughali 26.03.2017 15:44
    Salut Christine Pour revenir à Marseille ..., Je suis parti loin de Marseille pendant plusieurs ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo. L’Indépendance de l’Algérie/ Un cadeau de De Gaulle à Djamel Abdel Nasser selon l’émir de Sharjah
    Foughali Foughali 26.03.2017 15:36
    Salut.... Pour faire court ....on est d'accord sur le fond et les intentions des premiers révolutionnaires ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo. L’Indépendance de l’Algérie/ Un cadeau de De Gaulle à Djamel Abdel Nasser selon l’émir de Sharjah
    saladin saladin 26.03.2017 13:51
    Bonjour Foughali, Non Foughali, si tu relis la proclamation du 1er Novembre 1954 et l’appel au PEUPLE ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo. L’Indépendance de l’Algérie/ Un cadeau de De Gaulle à Djamel Abdel Nasser selon l’émir de Sharjah
    Foughali Foughali 26.03.2017 12:06
    Salut saladin Ma réponse est dans mon post à Christine Oui, nos ancêtres avaient raison de lutter ...

    Lire la suite...