Merveilleuses Vacances à Jijel

Share this
Après un ramadhan chaud nous y voilà ! Les vacances sont bien là ! Départ désiré et longtemps espéré vers la coquette ville de Jijel, Merveilleuse par son hospitalité et sa corniche inégalable de par le monde.
merveilleuses vacances à Jijel

J’arrive par la voix express Constantine-Jijel, une large et fluide route nous conduit droit à notre

Lieu de villégiature ! Un hôtel exceptionnel de 5 étoiles qui ferait rougir les suites des Hilton hôtel et autres.

Reçu comme il convient par le directeur même de l'établissement accompagné de son staff tous revêtus des couleurs du prestigieux hôtel.

Un grand buffet nous est offert avec une collation et un discours de bienvenue.

Des hôtesses nous accueillent avec de grands sourires et nous accompagnent vers nos chambres, que dis-je nos suites !! Air conditionné, linge impeccable, lit parfaitement préparé, douche irrésistible.

Nous nous quittons en prenant rendez-vous pour 15h dans la grande salle de réception de l'hôtel.

A nouveau reçu par monsieur le directeur nous sentons que notre séjour va commencer vraiment.

Des dépliants nous sont distribués et listent les animations innombrables et possibles pour passer de merveilleuses vacances.

Cela va des  activités nautiques comme le ski, le jet ski, l'initiation à la plongé la découverte de la faune marine  des cotes Jijelienne. Sortie en mer, ballade dans des chalutiers avec de vrais pécheurs qui nous montrent avec beaucoup de patiente l'art de faire un nœud. Pêche au gros !!! N’ayant pas trop le pied marin nous nous sommes limités à la ballade.

Mais au-delà de la mer la visite des vestiges de la ville sont tout aussi attrayant.

Un petit train nous propose une visite des lieux historiques de la ville.

Sagement assis sur nos sièges la visite commence à travers la ville, commentée par un guide connaisseur et amoureux de sa ville.

Première escale le lieu-dit "El rabta" un comptoir phénicien riche de ses multiples facettes, petite cavité dans la roche, "trésors" de cette époque lointaine qui nous parait si proche dans le dessin que nous en fait notre guide.

Nous réembarquons dans notre petit-train qui cette fois vas nous mener droit vers la citadelle, ancienne ville de Jijel. Le long de la route des bambins adorables nous font des signes de la main.

L'ancienne ville, la citadelle est encore vivante, rénovée de fond en comble avec un soucis de conserver l'histoire et l'architecture de la ville.

Dans des salles aménagées nous pouvons regarder des documentaires vidéo racontant l'histoire de cette cité, la chaine des bâbords les plages de sables fin ,la citadelle cette forteresse qui avait été conçu avec un système de défense si bien réfléchi qu'il permettait de repousser toute tentative d'invasion venue de la mer.

Les documentaires et la gentillesse de nos guides nous auront permis de découvrir cette ville tant de fois détruite mais à chaque fois reconstruite.

Les invasions phéniciennes, vandale, byzantine musulmane ainsi que l'invasion française qui nous sera conté plus largement lors de notre visite au fort Duquesne du nom de l'amiral Duquesne qui occupa la ville lors du débarquement de la marine française.

Bien sûr nous n'oublierons pas les fabuleux corsaires qui régnèrent sur la ville, Khair-Eddine et Baba Aroudj ou "Barberousse".

Il m'est difficile conter ici toutes les merveilleuses histoires dont regorge la ville de Jijel, une recherche sur internet permettra à chacun de découvrir ce coin de paradis.

J'allais oublier que Jijel fut détruite par un tremblement de terre et un tsunami en 1856. Mais à voir la citadelle aujourd'hui on a du mal à le croire tant elle a gardé sa fraicheur et ses pierres gravées de la mémoire de la ville.

Nous continuons la  découverte de cette coquette ville sans oublier de faire des arrêts déjeuner ou du poissons fraichement péché nous est proposé dans un cadre féerique.

L’odeur de la sardine grillée nous donne encore plus faim, et nous avons droit à un couscous "noir" au poisson, spécialité locale que nous découvrons avec grand plaisir.

Les jours qui suivent nous émerveilleront de plus en plus, la découverte de la cote de saphir avec sa splendide corniche est un feu d'artifice pour nos yeux écarquillés nos appareils photos n'arrêtent pas de crépiter.

Nous allons à la rencontre des singes magot, nous apprenons par la même que cette espèce est menacé de disparition mais que grâce aux efforts constants des autorités locales ceux de Jijel continueront à exister très longtemps.

Nous allons découvrir jour après jours des lieux chargés d'histoire et incroyable de beauté, je citerais par exemple le grand-phare repeint en blanc au début de la saison qui se dressent fièrement  sur un rocher, nous avons droit à visiter le phare de fond en comble. Les grottes merveilleuses nous offre un décor des milles et une nuit.

Je m’arrête la pas parce que des pages entières  ne suffiraient pas à décrire la beauté la gentillesse l'hospitalité le bien-être qu'offre Jijel, non je m'arrête la suffoqué par  la chaleur et vampirisé par une nué de moustiques.

je me réveille et je sors peu à peu de mon rêve dans un bruit fracassant du commerçant d'en face qui ouvre son garage.

je me réveille et déjà je cours pour m'assurer que l'eau coule au robinet, je m'empresse à faire le plein de bouteilles bassines et autres, cette eau je ne la consommerais pas.

Elle nous servira juste à prendre notre douche.

Je me réveille et je cours acheter quelques pains et deux litres de lait car passé une certaine heure point de pain et point de lait.

En sortant de l'immeuble j'enjambe deux paquets de détritus qui avec la chaleur laissent échapper une odeur nauséabonde, cette odeur que je croiserais tout au long de mon séjour et en tous lieux.

Vite j'embarque mes enfants dans ma voiture pour nous évader au bord de l'eau direction le grand phare.

Après nombres de dépassements dangereux, la priorité à droite n'existant pas en Algérie, après être entré dans une dizaine de crevasses au beau milieu de la chaussé et après avoir surmonté vaillamment quelques dizaines de dos-d’âne (spécialité nouvelle en Algérie) nous arrivons au Parking de la plage un champ labourable offrant ainsi  à mes enfants un moment de montagnes russes. Garer sa voiture dans ce lieu sordide coute la modique somme de 100 dinars.

Arrivé à l'accueil de la plage "privée" du grand phare nous déboursons 1500 dinars en échange d'une parcelle de bonheur sous un parasol et 3 chaises.

Nous avons droit aux scènes de dispute quotidienne et incessante entre les gérants de cette plages et les malheureux (pas toujours) estivants qui  osent mettre un pied dans ce sable sans avoir déboursé un sous.

La faim creusant nous nous offrons quelques "brochettes"  ou trois minuscules morceaux de viande se disputent l'espace avec deux morceaux de gras (bonjour le cholestérol).

 

La boisson est désagréable et laisse un arrière-gout de produit additif.

Tous mes enfants sont vite malades.

J’ajouterais à cela une hospitalité inexistante ou seul l'appât du gain a pignon sur rue.

Vivement mon retour  vivement la fin des "vacances" !!!!!!!

 

Jijel.info

Commentaires

Portrait de abdelkrim.messahel

c a l'image de l'algerie et de tous les algeriens,ça fait une vingtaine d'années que je n'ai pas vu quelqu'un ramassé un detritus pour le remettre dans l'endroi approprié, ni voir un automabiliste s'arreté pour degagé une pierre ou un obstacle de la chaussée on l'envite certe mais en le degage pas, on laisse pour l'autre qui est plus algeriens que l'algerien et a son tour il laisse aller.

donc une chose et certaine c que t'hamlet eblad et en generale.

Ne vous souciez pas de n'être pas remarqué ; cherchez plutôt à faire quelque chose de remarquable

Citations Confucius :

merci Fako pour ce recit, tres bien dit....j'espère que tu te rappelles de moi car on etait sur le meme train qui nous faisait visiter la ville...IoICry...je ne sais pas pkoi el adhan m'avait  révéillé....

NADHIM

je suis à la gare j'attend desespérement un train et je me permet de croire qu'un jour on pourra prendre tous ce p... de train et gouter aux plaisirs délicieux de notre ville !

ce jour est certe encore trés loin mais tant qu'il y à de la vie il y a de l'.... mais c'est une autre histoire !

fakou
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure a celle du son que tant de gens paraissent brillant avant d'avoir l'air con !!!

Portrait de moudjahide

Oui un grand merci pour ce petit moment de plaisir.
Quant à ton train......c'est celui dont tu ne connais ni la destination finale, ni sa vitesse de croisière. ...
C'est le train de la vie.

Bonne soirée

Foughali

La paix , comme la guerre, c'est juste une décision....dont les résultats peuvent être très différents...

D'ou vient cet ...........qui parle de citadelle :"  L'ancienne ville, la citadelle est encore vivante, rénovée de fond en comble avec un soucis de conserver l'histoire et l'architecture de la ville."Ses guides sont-ils de jijel connaissent-ils Jijel réellement, j'en doute.

"cet....." a vécu Jijel des années 1964 aux années 2013 je pense que ca lui permets de connaitre un minima de ce qu'est Jijel !

le problème n'est d'ou l'on vient mais plutôt qui l'on est ! d'ailleurs aux dernieres infos il parait que l'on vient tous de la planète Mars !!!!

ps: le billet fallait le lire jusqu'au bout !

fako

 

fakou
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure a celle du son que tant de gens paraissent brillant avant d'avoir l'air con !!!